• 83

    Colerige Aleshandrovich Tchigrenkov

    entends moi bien :

     

    J  A  M  A  I  S

     

    Jamais je ne sortirai de ta vie.

     

    J  A  M  A  I  S

     

     

    Ne compte pas sur moi pour t'aider à nous tuer.

     

    Cole tu croyais quoi, que j'allais partir avec toi ? Que suite à la découverte de ton corps, de tes, de nos ... j'allais abandonner toute ma vie, pour te vivre ? Tu fais avec moi ce que tu as voulu faire avec ta soeur. Tu es descendu en Afrique du sud pour la chercher, pour la remonter aux Etats unis ou en Russie avec toi. Sa mort lui a évité de te contrarier. Moi je te contrarie. Je n'ai pas le choix. J'ai un emploi qui paie mes factures, un appartement qui représente le combat de toute ma vie et qui n'est pas fini de payer.

     

    Mon adoré j'ai passé toute ma vie à t'attendre convaincue qu'il était impossible que tu existes. Maintenant que je t'ai trouvé tu ne te débarrasseras pas de moi.

     

    J'ai envie de t'envoyer tes mots de Sibérie, les reprendre à mon compte :

    "Je ne sais pas être autrement que je suis".

     

    Tu as aussi noté que tu te voulais un avenir mon corps contre ton corps.

    Alors apprends moi à moins te décevoir, mais ne me fuis pas.

    Je t'en supplie, ne me fuis pas.

     

    Moi je vais m'accrocher à nous.

     

    Je vais crever si je dois vivre un après toi.

    Ne nous fait pas cela.

    Ne nous détruis pas.

     

    Mais pourquoi trouves-tu que je fais toujours tout mal ?

    Dis moi ce que je dois faire pour te plaire ?

    Mon Adoré aide moi.

     

    Mickaelle.


    1 commentaire
  • 82

    Lioubov,

     

    Je marche des heures puis je m'assois ou m'allonge pour me laisser envahir par l'espace.

    Souvent une question vient polluer ma quiétude :

    Avances-tu vers toi ou vers moi ?

    J'ai l'intime conviction que tu n'avances que vers toi. Et c'est vraiment très déplaisant.

     

    "Mon amoureux  y vit"

    Raconte ce que tu veux à ton patron mais si cette phrase résume ta pensée, ne m'écris plus. Jamais.

     

    Sors de ma vie.

     

    La zittag - Le 10 juin 2016

    C.A.T


    1 commentaire
  • 81

    Chez nous

    Le Dimanche 5 Juin 16,

     

    Mon adoré,

     

    Bien sûr être chez nous sans toi c'est aussi nul que la Bretagne sans ses mers. Mais si il est possible de bien vivre en Bretagne sans être au bord de la mer, je peux réussi un week-end chez nous sans toi.

    Et j'avoue que si il aurait été sublimé en ta présente, il n'a pas été raté en ton absence.

     

    Déjà le bonheur total de Boudha et Banzaï.

    Ils font si minuscules dans le si grand bac.

    Oh Cole ! Quel immense cadeau tu leur as fait. Tu es un ange. Tu vois déjà dans la famille nous sommes trois Fans de toi. Dans quinze jours aucun doute, nous serons cinq.

    La prochaine fois je monterai deux poissons du 800 litres de l'agence. Les deux premiers qui se laisseront prendre.

     

    Pour supporter ton absence, je m'étais imposée un programme pour le samedi. Je savais qu'à Paris il existait un aquarium Tropical au Palais de la Porte Doré. J'y suis donc allée. C'est bien mais je reste une grosse grosse fan du grand aquarium de Saint Malo. C'est bien, il n'y a rien à redire, mais c'est comme Océanopolis de Brest, je n'accroche pas.

     

    En arrivant j'ai garé ma (nôtre) toute belle voiture dans son garage au sous-sol (cela donne vraiment le sentiment d'être chez soi ) et je ne l'en ai ressortie que pour redescendre en Bretagne. Pour me rendre au Palais j'ai donc marché. Il faut bien que je me familiarise avec les rues de Paris.

     

    Avenue Foch (16)  - Avenue Daumesnil (12)

    C'est tout droit, d'ouest en est.

     

    J'ai marché deux heures et demie pour y aller et un peu plus pour en revenir. Cela m'a fatiguée assez pour m'empêcher de passer la nuit à attendre ton corps dans mon lit en lui promettant milles caresses.

     

    Je ne suis pas une grande marcheuse, au mieux avec les filles je traine une heure le long de l'Aulne. Là j'ai avancé, couvert des kilomètres. Et ce fut désagréable. On ne respire pas. C'est horrible comme il est difficile de respirer à Paris. A la télévision on entend parler des pics de pollution mais n'étant pas concernée, cela ne correspondait à rien de concret. Maintenant je sais et c'est très moche.  Mais comment font les gens qui courent ? Si j'étais joggeuse je le ferais en salle sur un tapis. Les rues parisiennes asphyxient.

     

    Mon Adoré absolu, je t'affirme et c'est non négociable : mon avenir je le veux avec mon appartement et avec toi. Je ne dis pas que je veux que tu viennes vivre chez moi. Quand tu es venu tu n'as rien dit mais si tu devais vivre à Châteauneuf, je sais que tu ne voudrais pas de mon appartement. Il est  trop mansardé.

     

    Comme tu l'as fait remarquer dans mon lit, je ne sais plus quelle nuit, non il faisait jour donc quels soir ou matin, (c'était peut-être la lumière après tout, je ne sais plus),   tu as le hameau en Savoie, moi l'appartement en Bretagne et nous avions ensemble Foch.

     

    Je veux cette phrase comme notre fondement de notre couple : 3 régions, 3 logements pour s'aimer. Un triangle d'amour.

     

    Je vais rentrer en Bretagne, je reprends la route dans moins de deux heures. Je ne laisse pas cette page dans le vase sur la table de la cuisine, cela me ferait mal de te savoir ici dès mon départ. Je te la poste.

     

    Je souhaite de tout mes cœur et corps que tu laisses errer tes lèvres sur ma peau à mon prochain passage sur Paris.

    Si tu savais comme ils en demandent encore.

     

    Je décline, tu me manques.

    Ta lioubov.


    1 commentaire
  • 80

    Châteauneuf-du-Faou

    Le 31 Mai 2016.

     

    Mon Adoré,

     

    N'as-tu jamais eu  l'impression que l'amour est aussi tabou que la mort ?

    "Il est malade, il va mourir". Mais non ne dis pas ça.

    "Je suis amoureuse" . Ce que tu peux être fleur bleue, dans trois mois tu pleureras et me diras que c'est un con.

     

    Les gens ignorent autant l'amour que la mort. Mon Adoré nous sommes des élus. Tant et tant traversent la vie sans jamais approcher l'amour.  Nous sommes des élus et nous sommes si minoritaires que personne ne peut nous comprendre.

     

    J'ai toujours cru Jérémy et Stoyan liés par l'amour, maintenant je sais que c'est faux. Ils sont comme deux bœufs qui tirent une charrue. Ils regardent dans le même sens, unissent leurs efforts, mais jamais ne font qu'un.

     

    Je leur ai dit qu'avec toi j'étais en pleine sécurité car en moi il y avait toi comme en toi il y avait moi donc toi c'était un bout de moi. Donc sécurité absolue. (Ils sont des bœufs devant une charrue, et nous sommes des poupées russes). Je m'attendais à ce qu'ils répondent qu'ils savaient très bien de quoi je parlais, puisque c'était ce qu'ils vivaient chaque jour. Et bien non, ils se sont regardés, interloqués, avant d'éclater de rire.

    Ils ont voulu savoir ce que j'avais fumé.

     

    Ensuite ils nous ont cassé. Oui ils nous ont cassé. Ils ne savent rien de toi, ne t'ont jamais vu puisqu'ils étaient partis avec leur camping-car quand tu es venu chez moi. Et avant jamais je ne leur avais parlé de toi. Ils ont su ton existence par Madame Tillyou qui nous a découvert main dans la main par  sa fenêtre quand nous étions dans la rue.

     

    J'aurais coupé mes cheveux pour toi, pour satisfaire ton égoïsme. Je suis devenue ta chose.

     

    Non mais tu te rends compte, voilà des gens qui me connaissent depuis des années, qui savent mon autonomie, mon aptitude à dire NON et BOOM je suis devenue une fille dépendante et stupide. Et toi, toi dont ils ne savent rien, tu ne peux être qu'un dictateur capricieux !

     

    Bref à leurs yeux, enfin surtout à ceux de Stoyan je ne suis plus un être fiable, aussi il veut que je mette les chiennes à son nom car il ne doute pas qu'après ton caprice de me voir  les cheveux courts et noirs, tu vas vouloir que j'aille vivre en Russie. Et pourquoi pas en Afghanistan ou au Sri-Lanka voir au Vénézuéla !

     

    Quand elles ont été abandonnée à l'agence immobilière prétendument parce que je les avais réservées, quand je suis rentrée chez moi avec elles, que je les ai présenté à Stoyan, Jérémy et madame Tillyou, personne n'a voulu les assumer. C'est seulement au fil du temps que Stoyan s'est attaché à elles, qu'il a commencé à les promener, qu'il a voulu les chatières pour qu'elles puissent passer d'un étage à l'autre. Mais jamais sur tout ce temps, ( elles ont tout de même bientôt 10 ans - le 4 septembre) il n'ai venu me voir en me disant qu'il voulait en devenir seul responsable ou co-responsable. Jamais il n'a payé les frais de vétérinaire, les antipuces.

    Je lui déclare : " je suis heureuse car amoureuse ", et comme si mon bonheur ne lui convenait pas il veut me prendre mes filles, histoire que je mette un pied dans le malheur.

    Quel grand sens de l'amitié !

     

     

    Maxime chez qui je suis allée, il fallait bien que je connaisse sa boulangerie, avant mes cheveux a vu l'A3. Il faut dire que je me suis garée juste devant la vitrine de la boulangerie.

     

    Où est ta Seat Léon ? Avec quels sous tu t'ai acheté une  Audi A3 ? Tu te joues bourgeoise maintenant ? Ma pauvre redescend sur terre ! Tu es vraiment folle depuis que tu connais ce russe !

    Voilà ses formules d'accueil.

    Autant te dire que je n'ai pas eu envie de lui expliquer que l'A3 et le Land Rover sont à Welch comme Foch, que tu m'as descendue la voiture pour me permettre de ne plus avoir à payer l'assurance de la mienne et son entretient aussi.  Tu n'es que délicatesse. Jamais elle n'acceptera de la concevoir.

     

    Quand elle a constaté que mes cheveux longs et blancs étaient devenus noirs et courts, là idem, comme les mecs, éclats de rire. Il en était fini de ma force de caractère, j'étais devenue poupée de chiffon russe. La poupée du tueur de Tchétchènes. 

     

    Personne ne sait ce qu'est l'amour pour avoir traversé la vie sans le rencontrer. J'ai fini par le réaliser. Nous sommes des élus mon Adoré.

     

    Je n’essaie donc plus de leur faire comprendre que tu ne m'as pas changée, qu'au contraire tu m'as fait devenir plus moi, comme si avant toi seule une partie de moi vivait, que l'autre était comme prisonnière de murs invisibles, comme si grâce à toi mes murs intérieurs avaient explosé libérant la partie de moi qui n'avait jamais pu s'exprimer et qui me rend si belle dans tes bras. Mes actes ne sont pas nés de ton égoïsme, ils sont réalisations de désirs de ma personnalité entière.

    Si tu savais comme je comprends la phrase que tu as laissé sur le frigo. Elle est le résumé parfait de ce que je ressens.

    Avant toi j'étais morte

    Merci pour la vie.

     

     

    Quand les garçons ont voulu que je mette Kaume et Ayatt au nom de Stoyan j'ai été profondément choquée. Comment moi qui ai été abandonnée par mes parents je pourrai abandonnée mes filles ? Je ne le leur ai pas demandé puisque pour tout le monde mes parents sont morts quand j'ai eu 5 ans, tu es l'unique à savoir la vérité. On était tous les 5 chez moi. J'ai gardé mon calme, je me suis contentée de répondre que j'y réfléchirai. Mais c'était tout réfléchi. JAMAIS. Jamais je n'abandonnerai mes filles.

     

    Et puis le lendemain j'ai lu une phrase :

    On aime mal lorsque jamais on ne se demande

    "mais que veut vraiment l'autre ?".

     

    J'ai alors revu Ayatt et Kaume suivre les garçons quand ils sont rentrés chez eux. Elles ne sont pas restées avec moi, elles ne sont pas restées chez elles, non elles sont descendues avec eux. Il a raison Stoyan, si nous nous placions aux deux bouts d'un chemin, que Jérémy au centre les libérait, sans l'ombre d'une hésitation, elles courraient vers lui.

     

    Je n'ai pas su me faire aimer de mes parents, je n'ai pas su de me faire aimer de mes chiennes que je dis mes filles. Le bilan de ma vie est désastreux. Si on ajoute l'amitié pourrie qui m'entoure, oui le bilan est vraiment désastreux. Alors j'ai posté les cartes pour faire le changement de propriétaire. Parce que dans leur cœur elles sont à lui, comme dans le mien, je suis à toi.

     

    Si je ne t'avais pas encore rencontré, j'en aurais pleuré. Pour ne pas verser de larmes, je me suis allongée sur le lit et j'ai fermé les yeux pour mieux me souvenir de tes mains, de ta bouche. Elles ne m'ont pas déconcentrée. Elles étaient avec lui.

     

     

    Toi mon Adoré tu m'aimes et tu n'aimes pas m'aimer. Ta lettre me le dit. Je ne le prends pas mal, j'ai l'impression que tu commences à réaliser. Pour la première fois j'ai le sentiment d'être en avance sur toi. J'ai déjà vécu le raz de marrée. J'ai compris que ma vie ne serait plus jamais comme avant.

     

    Alors je suis allée voir mon patron, Monsieur Bugeaud. Je lui ai rappelé que pas une fois je n'ai eu un week-end de 2 jours.  Je bosse pour lui depuis juin 1988 tout de même. Je lui ai affirmé que ce n'était pas juste, que si il avait un minimum de respect, il accepterait mon désir de changement. Je lui ai demandé de garder mon vendredi mais de ne l'avoir que une semaine sur deux. La semaine sans mon vendredi je travaillerai les 6 jours, par contre la semaine où je prendrai mon vendredi, j'aurai aussi le samedi. Je lui ai dit que j'avais besoin de trois jours consécutifs libres une semaine sur deux pour monter à Paris. Il a voulu savoir pourquoi. Je n'ai rien caché, j'ai répondu sans rougir : " Mon amoureux y vit ".

     

    Lui n'a pas ri. Il est le patron, il a de la retenue, mais depuis dans mon dos, je te jure il n'y a plus qu'un  sujet de conversation : La vieille fille frigide a un amoureux.

     

    Personne n'est venu me voir pour articuler un simple "je suis heureuse (heureux) pour toi" . Non personne . Dans mon dos j'ai entendu "le pauvre" "cela ne va pas durer" "elle n'a pas voulu nous dire la vérité". " Elle doit être malade, à Paris il y a de grands hôpitaux". "Tu y crois toi pour Paris? ".

     

    Personne n'a voulu en savoir plus sur toi, sur nous.

    Je m'en fous car j'ai gagné.

    J'ai une semaine sur deux un week-end de trois jours.

     

    Comme le considère Maxime, une Audi A3 c'est une voiture de bourgeois, donc je vais me mettre sur BlaBlaCar. Je ne devrai pas avoir trop de mal à remplir ma voiture.

     

    Le week-end prochain je monte à Paris avec Banzaï et Boudha la fille de Chine. Ils vont être super heureux de passer de 450 à 2 300L.

     

    Quelque chose en moi s'est enclenché.

    J'accepte d'avancer sur le chemin que ma destinée a tracé, d'avoir un avenir dans tes bras.

     

     

    Mon Adoré, sache que je n'ai pas d'autre vœu que de t'y retrouver. J'attendrai le temps qu'il faudra.

     

    "Au bout du chemin il y a ton mari".

    Tu te souviens de la phrase de mon secret. Elle n'est que vérité.

     

    A bientôt mon Adoré.


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires