• Pour la période de la fin d'année

    je désirai une œuvre bien longue,

    histoire de demeurer avec les mêmes personnages

    tout le temps des fêtes.

     

    10 - 11 & 12 - Mes lectures.

     

    683 pages + 793 + 796 + 826 = L'idéal.

     

    L'histoire commence fin des années 1800

    ce qui me ravit.

    De la nature - pas de ville.

    Des animaux - pas d'écran.

     

    L'écriture glisse toute seule,

    les pages s'additionnent sans effort.

     

    Un point m'agace un peu. L'ouvrage a un côté "arlequin".

    La fille principale est d'une beauté à tomber,

    tous les hommes en sont fous

    et

    bien que dite impressionnante par sa force, son courage

    à la moindre contrariété,

    elle pleure.

     

    Enfin bon,

    c'est un détail,

    les 4 livres passent vite et bien.

    Je voulais une histoire pour les fêtes, je l'ai eu.

    Merci Marie-Bernadette Dupuy.

     

     

    Je me suis dit : recommence pour l'été.

     

    806 + 976 + 666 pages.

     

    10 - 11 & 12 - Mes lectures.

     

    Je n'ai jamais vu un truc pareil.

    C'est affligeant.

     

    Je me retrouve dans la même histoire.

    Ok on s'est décalé de 3 ou 400 km,

    les personnages n'ont plus les mêmes noms

    mais c'est la même chose.

     

    Pour faire un gâteau il faut du sucre, de la farine, des oeufs.

    Et bien pour Dupuy

    pour faire une histoire il faut :

    un violeur, un riche très méchant, une pauvre beauté absolue,

    un gros chien spécial,  une mère morte,

    un père bon mais incompétent, un délinquant...

     

    Cela me fait penser aux playmobils.

    Tu as toute ta collection dans ta  boite

    et tu  vas tous les utiliser pour ta création.

    Une fois tu vas dire que c'est une petite ferme,

    une autre fois une famille qui erre sur les routes,

    encore une autre fois ils seront tous des prisonniers.

     

    JAMAIS

    je n'ai constaté aussi peu d'imagination chez un auteur.

    Ah ok elle en noircit des pages,

    mais elle tourne en boucle autour de ses 15 même idées.

     

    Il y a des descriptions, des réflexions identiques.

    Franchement cela vaudrait le coup d'étudier les 2 séries à la loupe

    pour relever les points communs.

    AFFLIGEANT.

     

    Je n'ai pas encore commencé le 3ème de la série Angelina

    mais j'ai déjà plusieurs certitudes sur ce qui va s'y vivre.

    Il me suffit de regarder ce qu'il reste dans la boite des playmobils

    si je puis dire.

     

    Conclusion :

    Vous avez un plâtre, vous voulez une lecture pour supporter l'immobilité :

    oui ok lisez Dupuy.

    Entrez dans le passé, la vie à la campagne avant le désastre de la première guerre mondiale.

    Mais ensuite si vous vous re-cassez une patte,

    achetez vous un puzzle de 2000 pièces,

    enfin si vous avez une grande table et zéro chat,

    sinon tricotez un pull pour adulte.

     

    A moins que vous ne soyez fan des constances littéraires.


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique