• S - Il y a longtemps que je ne t'ai plus vue avec un livre. Je me suis souvent irritée des romans que tu laissais trainer partout, mais j'avoue qu'aujourd'hui ils me manquent. Je ne comprendrai jamais pourquoi tu préfères vivre avec ton frère plutôt que chez nous. Aucune femme de ton age ne vit avec son frère, enfin.

    C - C'est un super roman. C'est l'histoire d'un homosexuel qui vit en couple avec une femme, elle aussi homo, et qui ne parvient pas à déchirer l'image d'hétéro qu'il donne à tout le monde. Un jour l'amante de sa femme a un

    S - Arrête tout de suite avec ça, Charlotte. C'est déjà pénible pour moi de venir dans cet appartement où les rats vivent en liberté. Je suis venue voir mon petit fils, alors ne me fait pas la leçon. Je ne changerai pas d'avis. Ton frère je l'ai porté, je l'ai mis au monde, je l'ai nourri de mon lait. Je connais mon fils. Il n'est pas homosexuel. Il n'a jamais été homosexuel, d'ailleurs l'homosexualité n'existe pas, c'est juste un acte de rébellion, exactement comme la drogue, les rats, avoir les cheveux mal coiffés. C'est de la revendication. A l'adolescence c'est acceptable mais à l'age qu'il a c'est devenu ridicule.

    C - Maman Titouan n'a rien d'un rebelle enfin. Et l'homosexualité n'a rien de

    S - Charlotte ne soit pas plus sotte que tu ne l'ais. Je te dis que mon fils n'est pas homosexuel, je le saurai si il l'était. Je te rappelle que j'ai souffert pour le mettre au monde.

    C - Mais quel rapport ? Moi aussi j'ai eu ma dose de douleur pour avoir mon fils mais ce n'est pas pour ça que je sais si il sera garagiste ou ambulancier.

    S - Il sera boucher. Je te le dis, il sera boucher comme son grand-père, son arrière grand-père.

    C - Lou Evan boucher ! Avec Titouan qui est végétarien. Je ne vois pas comment il pourrait devenir boucher, il ne mangera jamais de viande, enfin sauf quand il ira chez toi et papa, mais dans cette maison il ne mangera jamais de protéine animale en dehors des œufs.

    S - Titouan n'est pas végétarien, tu ne m'écoutes pas, je ne l'ai pas élevé comme ça. Titouan est en colère contre son grand-père. Il mange de la viande comme tout le monde et il aura une femme comme tout le monde. D'ailleurs tu dois quitter son appartement, prendre le tient. Comment veux tu qu'il rencontre une femme alors que tu vis avec lui. Si tu étais une bonne sœur tu l'éloignerais de ce Jean Charles.

    C - Tu as quoi contre Jean Charles ? Il est super sympa. C'est lui le parrain de Loulou.

    S - Charlotte enfin ce gosse a été traumatisé par son accident, il en est ressorti fragile. Titouan et lui, il faut que cela cesse. Si tu étais une sœur qui prend soin de son frère, tu leur prouverais qu'ils aiment les femmes.

    C - Je lui prouverai qu'il aime les femmes ! Attend maman, j'ai peur de comprendre. Tu es en train de me dire quoi là ? Que je dois coucher avec mon frère ?

    S - Avec Jean Charles enfin ! Pas ton frère, Jean Charles.

    C - Mais je ne le désire pas, et lui non plus ne me désire pas.

    S - Mais qui te parle de désir. Charlotte tu te butes. La sexualité n'a besoin ni du désir, ni de l'amour, c'est juste hormonale. Si tu faisais un effort, tu obtiendrais de Jean Charles tout ce que tu veux. Enfin... Avec lui bien sûr... Handicapé comme il l'est ! Pour le sexe, il ne doit pas avoir d'autres possibilités que de le chevaucher. Mais vois le bon côté des choses, cela  te permet de tout diriger.

    C - Mais tu te rends compte, Maman,  de ce que tu me dis. Tu veux que je couche avec Jean Charles pour casser le couple de mon frère. Tu me prends vraiment pour une pute. C'est comme ça que tu t'y prenais avec papa ? Tu lui taillais une pipe quand tu voulais une robe neuve ?

    S - Oh Charlotte que tu peux être lassante parfois !  Tu joues à quoi là ? Tu veux me faire la morale ? Parce que tu te crois bien placée avec ton bâtard ?

    C - Je ne te permets pas Maman.

    S - Tu ne me permets pas, mais avec le mari d'une autre, tu te permets tout, ma chérie. Dis moi, la femme de l'homme que tu as mis dans ton lit pour être enceinte t'a--elle permise de coucher avec son mari ? J'en doute. Alors excuse moi, mais ce n'est pas parce que tu es ma fille que je vais te comparer à la sainte vierge. Je voulais juste te faire comprendre que l'homosexualité n'existe pas, qu'une femme peut très bien avoir du sexe avec un homme qui provoque la société en s'affichant homosexuel.

    C - Je crois qu'il est préférable que l'on change de sujet, Maman.

    S - Bien sûr, évidemment. Alors changeons. J'ai justement une question : tu comptes vivre toute ta vie avec ton secret ? Il te faudra bien un jour que tu dises qui est le père de ton fils. Enfin ma fille où avais-tu la tête ! Tu ne pouvais pas prendre un garçon de ton age, non, il a fallu que tu couches avec un homme plus âgé et marié.

    C - Mais arrête ! Arrête. Pourquoi tu le détestes déjà alors que tu ne sais rien de lui ? Pourquoi tu l'imagines vieux, marié ? Pourquoi ne peux-tu pas accepter que l'on s'aime ?

    S - J'en sais assez sur lui crois moi. c'est un sot. Déjà tromper sa femme ne le rend pas glorieux, mais qu'il laisse sa maitresse avec un enfant, enfin comment veux tu que je le nomme sinon l'idiot.

    C - Maman est-ce que au moins un jour dans la vie tu as aimé papa ?

    S - Mais qu'est-ce que ton père vient faire dans cette histoire là ?

    C - Je suis amoureuse d'un homme qui m'aime Maman. Qui m'aime. Il m'aime. Si tu avais aimé papa tu ne me parlerais pas aussi méchamment.

    S - Mais réveilles toi Charlotte, cet homme ne t'aime pas. Si il t'aimait il quitterait sa femme, il serait venu à la maison pour nous demander ta main. Il aurait reconnu son fils. Est-ce qu'il l'a fait non ? Qu'a-t-il fait en dehors d'éjaculer, tu veux me le dire ?

    C - Rentre chez toi Maman, s'il te plait rentre chez toi.

     


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires