•  

     

     

     

    Comme on dit : Y'a plus qu'à.


    6 commentaires
  •  

    Petite vidéo  à  apprendre par coeur

    selon moi. 


    2 commentaires
  • 25 - Mes lectures.

     

    Je me disais : " Agatha Christie, c'est une valeur sûre,

    aucune chance d'être déçue ".

     

    Et bien  j'avais tout faux.

    Cela fait peut-être  des petites enquêtes sympathiques

    en version filmée, mais  en roman  c'est lamentable.

    Autant lire une pièce  de théâtre.

     

    Ce livre  n'est qu'une addition de dialogues

    entrecoupée par des phrases non construites

    pour  nous  changer  le  décor.

     

    Par  exemple :

    Un dialogue puis

    " Une pièce assez  grande, le vestiaire.

    Un casier pour chaque  élève, avec son nom.

    Dans le fond, des aménagements pour les

    raquettes, et autres accessoires."

    Et un nouveau dialogue.

     

    Si Trump a autant de vocabulaire qu'un

    élève de cinquième, un élève  de cinquième

    peut produire de meilleurs textes que ça.

     

    Très très déçue. 


    2 commentaires
  • 24 - Mes lectures.

     

    Je ne vois pas l'utilité de faire  un article sur chaque 

    livre que je lis, mais celui-là mérite que l'on s'y

    arrête  un instant.

     

    On est dans les années 1920, et dans le bayou. 

    Qu'est-ce que le bayou ?

    C'est un sol  d'eau.

     

    En Louisiane, le Mississippi

    à "mille"  bras et autant de méandres, aussi

    sur des  milliers de kilomètres ce ne sont que des

    marécages.

    Sur ce sol d'eau vivent  des alligators,  des oiseaux,

    des moustiques, mais aussi des milliers d'arbres.

     

    Une société forestière achète un espace,

    y installe une scierie au centre,

    et sur 3 - 4 - 5 voir 6 ans 

    elle tue les arbres pour faire des cadres  de fenêtres,

    des planches, des poutres pour charpentes...

     

    Au  final il ne reste que de l'eau. 

    Une désolation absolue.

     

    L'histoire  du roman expose la misère mentale

    des hommes, leurs détresses, leurs incompétences.

     

    Au milieu de cette désolation,

    un cheval aveugle se tient debout.


    2 commentaires