• 115 - Solène.

    Comment peut-elle me faire ça ?

    Elle n'a aucune valeur morale, aucune conscience. Elle est toujours aussi incapable de tenir compte de l'existence des autres.

     

    Comment peut-elle me faire ça ?

    Comment a-t-elle osé revenir ?

    Elle piétinerait père et mère sans y voir de mal.

    Quelle abominable mère elle a du être. Ses pauvres enfants ! Son pauvre mari !

     

    Mais qu'espère-t-elle en revenant ici ? On la hait tous.

    Qu'est-ce qu'elle croit ? Que les gens ont oublié. Pauvre sotte ! Les gens sont tous des parents. Personne n'oublie le nom d'une fille qui tue son bébé pour s'en débarrasser.

     

    Pauvre Claudine ! Que de larmes doit-elle verser en ce moment. Elle a passé sa vie à se battre. Quand est-ce que la vie la laissera en paix ? Une sœur qui tue son nourrisson, une boulangerie au bord de la faillite, un fils qui n'est plus le même depuis son accident, fils qu'elle aura toute sa vie sur les bras. Ce n'est plus qu'un légume Benjamin, jamais il ne trouvera de travail. Une mère qui meurt de maladie. Et maintenant ça : le retour de Maxime. Claudine est maudite.

     

    Mais où a la tête Max ? Comment peut-il ouvrir sa porte à Maxime. La mort de Claude n'excuse pas tout.

     

    Maman devrait aller lui parler. Ils étaient sur les mêmes bancs d'école. Si il n'y avait pas eu Elie Brahic, elle aurait pu épouser Max Léonard. D'ailleurs il y a des années qu'elle est seule, elle devrait songer à refaire sa vie. Il est tant qu'une femme reprenne Max en main. Claudine, quoiqu'elle dise, n'a pas la force de sa mère. Claude savait diriger une entreprise, une maison, une famille, son homme. Et puis Claudine a bien assez à faire avec Émile qui ne songe qu'à blaguer et Benjamin à peine plus intelligent qu'un débile mental.

    Maman saurait y faire avec Max.

    Charlotte est bien l'amie de la serveuse noire qu'il a embauché. Comment s'appelle-t-elle déjà ? Aurélia ? Aurora ? Octavia ? Qu'importe. Détail sans valeur.

     

    Il faut que je parle à Claudine, comme moi elle ne peut souhaiter que le départ définitif de Maxime. Nous ne pouvons que nous entendre.

     

    Maman va encore me dire qu'elle est très bien toute seule. Que de folie. Annick vient de mourir. Elle n'avait pas même quatre vingt ans. Elle avait refait sa vie avec Marcel. Voilà une femme très bien. Maman doit se rapprocher de Max. Si il reste seul, Maxime ne repartira pas. Et ce n'est pas avec ce bon à rien de Georgic qui a une tête d'alcoolique que Max va remettre les pieds sur Terre.

     

    Il faut que je parle à Claudine, elle saura me comprendre.

    Si Maxime croit qu'elle peut réapparaitre au bout de vingt cinq ans et me faire perdre tout ce que j'ai bâti, elle se trompe, elle fait une grave erreur.

     

    Pauvre sotte ! Si elle croit qu'elle peut s'attaquer à moi comme ça.

     

    Comment peut-elle me faire ça ?

    « 114 - Solène & Maxime.116 - Maxime. »

  • Commentaires

    1
    Mardi 21 Mars à 21:38

    Brr ... Maxime a l'air d'avoir des casseroles (c'est à la mode) mais Solène ne provoque pas elle non plus une vague de sympathie ..

    Sans doute en colère, mais y'a un truc malsain dans son approche ...

    2
    Mercredi 22 Mars à 19:15

    La vague va devenir tsunami ... ou pas.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :