• Le cerveau des plantes.

    Frantisek Baluska, de l'Institut de  botanique cellulaire

    et moléculaire de l'université de Bonn, pense, en accord

    avec d'autres de ses collègues, que les pointes des racines

    sont équipées de dispositifs similaires à un cerveau.

    Elles présentent en effet, outre un système  de transmission

    des signaux, des structures et des molécules que l'on

    observe également chez les  animaux. La racine qui

    progresse dans le sol  est à même de capter des stimuli.

    Les chercheurs ont détecté des signaux électriques

    qui,  après avoir été traités dans une zone de transition,

    induisent des modifications du comportement.  Quand

    les racines rencontrent des substances  toxiques, des pierres

    infranchissables ou des milieux trop  humides, elles

    analysent la situation puis transmettent les changements

    nécessaires aux zones  qui assurent la croissance.

    Celles-ci changent alors de direction et contournent

    l'obstacle. En  déduire que les racines sont le siège

    d'une intelligence, d'une aptitude à se souvenir

    et à ressentir des émotion  est vivement critiqué

    par une majorité d'universitaires. Ils contestent

    le rapprochement avec des situations similaires chez

    les animaux, notamment parce qu'il tend à effacer

    la frontière entre monde végétal et monde animal.

    Et alors ? Serait-ce si terrible ?  La division entre végétal

    et animal est un choix arbitraire essentiellement basé

    sur le mode de nutrition  : l'un pratique la photosynthèse,

    l'autre ingère des organismes vivants. La seule véritable

    différence concerne le temps nécessaire au traitement

    des informations puis à leur transformation en actions.

    Mais les organismes lents sont-ils nécessairement

    inférieurs aux organismes rapides?

     

    Page 129

    Peter Wohlleben

    La vie secrète des arbres.

     

    « 15 - Mes lectures.Astronomie & religions. »

  • Commentaires

    1
    jean-marc
    Lundi 30 Juillet à 10:50

    Cela m'évoque les dendrites des neurones dans le vivant "animal". Et pourquoi pas, pourquoi ne pas admettre une autre forme d'intelligence que celle que nous connaissons ?

    le monde végétal a progressé en parallèle du monde animal, mais il n'en est pas moins évolué à sa manière lui aussi. Et ses capacités adaptatives sont assez étonnantes.

    Je pense que nous aurions beaucoup à apprendre pour faire évoluer nos connaissances, tous bêtement en prenant le temps d'observer.

    2
    Lundi 30 Juillet à 11:39

    Animaux, végétaux, ... s'ils sont là maintenant, c'est grâce à eux, pas à nous....

     

      • jean-marc
        Lundi 30 Juillet à 11:54

        cool

      • Lundi 30 Juillet à 12:30

        Très juste remarque.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :