• Huitième engagement pour la vie.

    Pour la promotion des  femmes

     

    La femme est la mère de l'homme. Il lui revient de

    protéger la vie et d'enseigner l'esprit de paix à un monde

    en guerre, qui a soif de ce nectar.

     

    Je m'engage  à donner aux femmes le pouvoir de contribuer

    à l'évolution de la société par l'éducation et l'accès à

    des postes de responsabilité, car je reconnais leur capacité

    naturelle à réhumaniser le monde,  en revitalisant

    dans un sens plus altruiste les responsabilités

    individuelles et collectives.

     

     

    Au texte du Dalaï-Lama

    j'ajoute les propos de Françoise Héritier anthropologue & ethnologue.

     

    Quand les humains se regardaient eux-mêmes et qu'ils observaient

    les animaux  autour d'eux, ils voyaient qu'il y avait toujours deux

    sexes mais que seules les  femelles mettaient au monde les enfants.

    Ils  se  sont donc demandé à quoi   servaient les  mâles dans la reproduction si les femelles avaient la capacité de le faire toutes seules.

    Les humains, au cours de la préhistoire ont élaboré une  réponse

    à la  question : pourquoi les hommes ne peuvent faire leur propre

    fils ? La nature ou un Dieu puissant leur avaient donné le corps des femmes pour cela. Ils y mettaient les bébés. Ainsi  ils étaient

    les possesseurs, les maîtres des corps  des femmes, soit parce

    qu'ils en étaient les pères ou les frères, soit  ensuite parce

    qu'ils  en étaient les époux.

    Naturellement c'est faux mais au temps de la préhistoire ils

    n'avaient pas la connaissance qu'il fallait à la  fois des

    ovules et des spermatozoïdes, donc l'apport des 2 sexes

    pour faire des bébés. 

    Pour eux l'homme apportait  l'élan créateur et la femme 

    la nourriture pour que l'enfant grandisse en elle.

    On continue encore d'ailleurs de dire que

    le papa apporte la petite graine à la maman.

     

    La première conséquence, c'est que les femmes ont

    été considérées comme un objet de première nécessité.

    Du coup les hommes ont échangé les femmes entre eux.

    "Je te donne ma soeur et tu me  donnes la tienne".

     

    La deuxième conséquence, c'est que les femmes,

    elles ont été contraintes à pratiquement  ne  faire que cela.

    Et bien sûr sans leur demander leur avis.

     

    La troisième conséquence,  c'est que pour les maintenir

    dans cette situation on a utilisé des modes d'action

    qui  ont d'ailleurs  toujours cours aujourd'hui.

    Elles ne pouvaient pas disposer librement d'elles-mêmes,

    elles ne pouvaient pas choisir leur mari, elles ne pouvaient

    pas  choisir le nombre d'enfants qu'elles auraient.

    Elles n'ont pas eu accès au savoir car le savoir ouvre à

    l'esprit critique et à l'émancipation.

    Et enfin tout ce qui se rattache  aux activités qui leur a été dévolu,

    de l'ordre des tâches domestiques

    a été dévalorisé, méprisé, considéré avec condescendance.

     

    C'est tout cela qui entre en ligne de compte avec  la notion de hiérarchie. Une règle a été établi par les humains qui fait que

    les hommes ont été considéré comme supérieurs aux femmes et 

    ont traité les femmes comme de simple corps, comme des ustensiles

    pour pouvoir eux-mêmes s'offrir des fils.

     

     

     

    « Septième engagement de vie.Neuvième engagement de vie. »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 26 Août à 15:15

    En ce qui concerne les femmes, les choses semblent un peu évoluer tout de même, doucement, trop doucement mais on peut espérer ...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :