• 67

    Paris

    Vendredi.

     

    Mon bel Amour,

     

    Je viens de passer une journée merveilleuse, radieuse, divine, sublime. Pas grâce à Grangé, je n'ai même pas ouvert son livre. Grâce à Madame Fioux que je rêvais de ne jamais rencontrer. Quelle erreur cela aurait été.

     

    " Mais vous imaginez quoi ? Que ma vie n'est que plaisir ! Arrêtez de me croire sans obligation, nous ne nous en porterons que mieux. Et tenez le vous pour dit. Est-ce compris ? "

     

    Tu n'as pas quitté l'appartement pour être là où je ne suis pas. Tu ne m'as pas fui. J'ai perdu 50kg de peine en une seconde. Je me suis sentie légère, si légère toute la journée ensuite. Un bonheur ! C'est fou comme on peut se détruire d'une conviction fausse.

     

    Oh Cole le bonheur pour moi de l'entendre me raconter ton départ. Elle a utilisé le mot contrarié. Tu avais l'air contrarié de devoir partir alors que j'allais arriver.

     

    Ta concierge est aussi mauvaise comédienne qu'elle est bonne concierge.

     

    J'imagine la scène. Tu descends l'escalier, un taxi t'append en bas. Elle te stoppe avec son sourire et son façon de vouloir être agréable alors qu'elle veut juste tout savoir. Elle a du te dire quelque chose dans le style "Comme c'est dommage que vous partiez alors que madame arrive pour le salon du livre"  et là digue d'une rafale de mitraillette tu l'as projetée dans le mur avec ton " Mais vous imaginez quoi ? Que ma vie n'est que plaisir ! Arrêtez de me croire sans obligation, nous ne nous en porterons que mieux. Et tenez le vous pour dit. Est-ce compris ? ".

     

    Ah menhir d'amour !

     

    Oui je suis sûre que tu l'as envoyée dans le mur. Elle te déteste autant que je t'adore. Elle s'est faite exploser dans le mur et moi j'ai décollée, je suis montée au firmament.

     

    Cette femme passe tellement de temps à masquer ses émotions pour plaire, qu'elle ne donne plus le droit aux gens d'être franc. Et toi, tu es au delà de la franchise, tu vis totalement détaché du regard des autres. Même moi, je suis sûre que jamais tu ne te demandes "que va-t-elle penser si j'écris cette phrase" non toi tu écris la phrase que tu veux écrire car elle résume ce que tu veux en obtenir, soit qu'elle passe le message. Tu présentes une liberté admirable : que j'admire. Et qui effraie Madame Fioux.

     

    Tu ne m'as pas fuit, tu as du partir d'urgence. Pas à cause de moi. Pour quelque chose d'important et de non prévu.

     

    J'ai littéralement volé toute la journée, une journée au salon du livre. J'en ai acheté 23. Je suis ruinée mais merveilleusement heureuse.

     

    Je t'aime mon amour.

    Ne change jamais.

    « 6668 »

  • Commentaires

    1
    Lundi 5 Septembre 2016 à 14:33

    A méditer, le pouvoir d'une petite phrase peut faire basculer une situation.

    Et le "menhir", il va sortir de son silence ?

    2
    Lundi 5 Septembre 2016 à 19:15

    Je m'attendais à ce que tu dises qu'il est vraiment infecte ce mec.

     

    Bien sûr qu'il va un jour reprendre son stylo... il y reste de l'encre. yes

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Jean-marc
    Lundi 5 Septembre 2016 à 19:40

    J'attends de mieux voir sa réaction. Pas de jugement hâtif ... Je ne sais s'il est infect et Mickaelle naïve mais je me dis qu'il est "spécial" (ouais, bon je me suis pas foulé non plus)

    4
    Lundi 5 Septembre 2016 à 21:34

    Sur quoi tu la crois naïve ?

    5
    Mardi 6 Septembre 2016 à 08:26

    Tu as raison, naïve est peut être mal à propos. Je dirais "midinette" ou plutôt "fleur bleue" malgré son vécu

    6
    Mardi 6 Septembre 2016 à 19:40

    Ce n'est pas malgré son vécu, c'est parce qu'elle n'a rien vécu.

    7
    Mercredi 7 Septembre 2016 à 08:12

    C'est presque pareil en fait

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :