•  

    Mes lectures. 3 & 4.

     

    Thierry Marx, je l'ai entendu parlé dans une émission de radio.

    Sa philosophie de vie m'a vraiment séduite

    aussi j'ai acheté son livre.

     

    Il en avait  très peu parlé durant l'heure d'émission.

    Je savais juste qu'il y était question de cuisine (son métier premier)

    et

    du Japon (pays où il a ouvert des restaurants).

     

     

    A la fin du livre il y a sa recette de la blanquette de veau.

    Si il m'en avait proposé une assiette, je lui aurais répondu

    " Merci mais non ".

    Son livre, maintenant lu,

    si on me le proposait,

    je répondrai pareillement " Merci mais non ".

     

    Rien ne m'a séduit dedans.

    Je n'aime pas le fric français.

    Je n'aime pas plus le vieux mafieux japonais.

    Et idem pour le cuisinier.

    Et je ne vous parle même pas du gugus qui va  chez son docteur

    avec ses cochons tenus en laisse.

     

    En fait de ce livre je ne retiendrai qu'une chose.

    Au Japon on ne dit pas " Je suis rentrée à 2 heures du matin "

    mais

    " Je suis rentrée à 26 heures ".

    J'aime ce mode de comptage.

     

     

    La recette de cuisine en fin de livre

    m'a remis en mémoire

    un autre livre qui lui aussi finit par des recettes.

    Ce livre là, je l'aime.

     

    Mes lectures. 3 & 4.

     

    L'histoire y est très simple :

    Noël approche, une journaliste (USA) veut faire un article différent. Elle va rencontrer une émigrée pour que celle-là lui parle d'un noël de son enfance dans son pays d'origine.

    Nous voilà transportés en Allemagne au temps de SS.

     

     

    Pas une seconde le Japon, les japonnais du premier livre n'ont éveillé en moi une émotion,

    alors que cette famille allemande m'a énormément touchée.

     

    Alors je le dis : je retire les étoiles au chef et je les offre à la pâtissière.


    8 commentaires
  • Des fruits secs, des légumes frais, des légumes secs, du tofus, du seitan, voilà des achats intelligents. Et puis de la déraison absolue, de la misère nutritionnelle  : un paquet de fraises Tagada.

     

    Mes lectures. 2.

     

    Acheter ce livre est aussi sot que d'acheter des fraises Tagada.

     

    Lire ce livre est aussi peu nourrissant que les fraises.

     

    A la fin du livre il y a un test où je découvre (oh comme c'est étrange !!!) que je suis un humain super chat.

    Alors là je me dis : ce livre n'est peut-être pas si fraises que cela en fait, il est peut-être fait pour les non hommes chats. Alors je repense à ce jour où jeune ado, ma tante m'a demandée de me choisir un livre afin qu'elle me l'offre (merci). J'ai pris un Zorro. Je pense que si j'avais choisi ce livre à la place, j'aurai pu en grandir. Oui il m'aurait assurément fait du bien.

     

    Aussi je dirai que ce livre n'est pas un paquet de fraises Tagada, mais est destiné aux enfants. Ne l'étant plus... j'aurai mieux fait d'investir mes 14€ dans des noix de cajous.

     

    ( je note fraises Tagada pour l'exemple, non pour vous avouer mon péché mignon. Je ne mange jamais de guimauve puisque fait avec de la gélatine porcine. Si vous voulez tout savoir, ma stupidité culinaire d'hiver se nomme Twix. )


    5 commentaires
  • Mes lectures. 1.

     

    Au mois de septembre de l'année 1874

    Little Wolf,

    le chef et grand homme-médecine cheyenne

    rencontre à Washington

    le président Grant.

     

    Conscient que son peuple se meurt

    à cause de l'invasion de l'homme blanc,

    il propose pour assurer sa survie,

    d'échanger 1000 chevaux

    contre

    1000 femmes blanches.

     

    "Ainsi, annonce-t-il, ses guerriers logeront leur graine de Cheyennes

    dans le ventre des femmes blanches. Elle s'épanouira dans leurs

    entrailles et la prochaine génération sera des sangs-mêlés.

    Les sangs des deux peuples seront irrémédiablement liés. "

     

    Voici le début de ces 2 ROMANS.

    Car si Little Wolf & Grant se sont bien rencontrés

    aucun écrit ne résume ce qu'ils se sont dit.

     

    Peu importe,

    véritable ou fausse,

    cette histoire

    nous permet d'entrer dans la tribu Cheyenne

    au moment où les blancs décident de les exterminer.

     

    Une petite histoire qui nous transporte dans la grande histoire

    et ce que l'on ne nommait pas encore

    "un crime contre l'humanité".

     

    Deux livres à avoir dans toutes les bonnes bibliothèques familiales.


    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires