• 162 - Partie 1 - Jour 5 - Yohann.

    - Pas la peine de me présenter, madame me connait. Bon ok je joue le jeu. Alors Bonjour lieutenant, sergent, je ne sais jamais ce que vous êtes. C'est nul les grades de la police, y'a que les flics à savoir à quoi ils correspondent. Vous devriez avoir un badge avec le mot écrit, je dis ça moi je dis rien mais bon ce serait plus simple, parce que bon, vous n'aimez pas que je dise madame, mais je ne sais pas qui vous êtes.

    - Sous brigadier de police.

    - Alors madame la sous brigadier de police vous avez déjà tous de moi.

    - Moi pas, alors vous recommencez : nom prénom, adresse,profession, quels sont vos liens avec madame Malacorne et à quand remonte la dernière fois que vous l'avez vu. Nous vous écoutons.

    - Ok non stress. Yohann Marcellin. né le 10 mars 83 et interdit bancaire pour cinq ans, donc jusque juin 2019, tout ça parce que Cécile m'a piquée mon carnet de chèque pour s'acheter des conneries. Elle, elle s'en fout, elle est mère donc blanche comme neige. Elle a les gosses, elle les montent contre moi, ils ne veulent plus me voir mais je dois payer une pension alimentaire. Une salope. Moi je vous le dis, avec tous mes respects madame la sous brigadier , les femmes elles ont du vice et elles savent toujours tout gagner tout le temps. La Elvira elle est pareil. Elle a un salaire comme trois fois comme le mien, moi qui trime en cuisine trois fois plus qu'elle qui se pavane sur ses talons dans la salle. Elle est la fille du père Igor. Un chouette mec, un patron super, c'est con qu'il ait pris sa retraire. Elvira elle n'a pas changé du tout avec le changement de patron, mais je le sais bien qu'elle a sucré son salaire quand Bernard a débarqué. Igor c'est mon pote mais il n'a pensé qu'à sa fille. Moi je suis cuisto ici depuis sept ans, et bien Elvira rien, que dalle, je ne sais rien sur elle, pas de mec, pas de copine, pas de vacances, elle est comme sans vie cette fille. Vous pouvez demander à Arno et Odile, ils sont potes, et bien, ils vous diront, cette fille elle est pire que son père, il n'y a que le restaurant dans sa vie. Tous les soirs après le service on reste un peu, on mange un truc ensemble, tous, enfin pas avec Marie José, elle, elle a son mari qui l'attend qu'elle dit. Dans ses moments là on cause, Elvira aussi elle cause, mais elle raconte les clients, jamais rien d'elle. Sept ans je vous dit et jamais elle n'a dit je suis allée au ciné, ou j'ai fait un bowling ce week-end. Je suis sûre que vous allez découvrir des trucs pas bien réglo quand vous allez fouiller son ordinateur. Je sais pas quoi, mais je suis d'avis qu'il y a des trucs dingues derrière l'image de la fille à papa parfaite.  Parfois quand ma voiture ne démarre pas, je rentre à pieds chez moi, je la raccompagne chez elle, parce que c'est ma route, j'habille de l'autre côté de la voie ferrée. Et bien jamais elle n'a voulu m'offrir un verre. Il y a deux voitures sur le parking de sa maison. Vous avez vu sa maison ? Sûr qu'elle a du fric, une maison de 3 étages en centre ville de Royan c'est pas tout le monde qui peut se l'offrir. Un soir j'ai vu de la lumière chez elle et un autre soir j'ai vu une fille ouvrir la porte d'entrée, même qu'un chien a bondi et a fait la fête à Elvira. La femme, une girafe, un vrai déménageur la fille, sûr que c'est elle qui fait le mec, au lit. La girafe elle rigolait de voir Elvira et le chien dans la rue. Elvira est entrée dans la maison avec le chien. Pouvez vous qu'elle m'aurait fait entrer ? Non. Elle m'a même pas présenté à sa mef, comme si pour elle j'ai plus de puce que son chien. Vous l'avez vu son dalmatien ? ça vaut des tunes ce genre de clebs.  Le lendemain, j'ai voulu être cool avec elle, j'ai  dit qu'il n'y a pas de mal à être deux filles dans le même plumard,  moi, je voulais bien deux filles ensemble dans mon pieu. J'ai dit un truc comme ça, qu'avec un grand cheval comme sa mef dans le lit c'est la chevauché fantastique tout les soirs. Elle m'a regardé comme si j'étais qu'un merdeux pour elle. Elle est la fille du patron, même quand le patron c'est plus son père. Le Bernard, il sait pas qu'elle est de l'autre bord, c'est dommage, parce que si il savait, il ne penserait pas comme Igor. Igor non plus il ne sait pas que sa fille, enfin vous voyez quoi.  Igor si il savait ça, ça lui collerait un coup au moral, sur qu'il préfèrerait la voir marier avec Bernard. Je comprends pas pourquoi il n'a pas vendu son resto à sa fille, Arno et moi c'est qu'est-ce qu'on lui a dit : " vend à ta fille ", mais bon l'autre il est arrivé avec son fric et il a raflé le pactole, sur que c'est plus la même ambiance depuis Bernard. Bernard c'est un génie ce mec, un génie. Il faut le voir bosser, un génie. Il veut une étoile au restaurant, non deux et après trois. Avec ce mec ce n'est pas de la cuisine que l'on met dans les assiettes, c'est de l'art. Vous avez goûté ? C'est de l'art je vous dis. Putain comme c'est bon d'avoir un boss pareil. C'est un génie, un génie.

    « 161 - Partie 1 - Jour 5 - Bernard.163 - Partie 1 - Jour 5 - Arno. »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 5 Octobre à 20:16

    Ah, alors çui là il est pas mal, bien folklo le zigoto.

    J'adore ses idées préconçues, assez révélatrices d'une bonne frange de notre société.

    L'est patiente la fliquette ...

      • Vendredi 6 Octobre à 20:07

        Je suis une bonne citoyenne, je ne vais pas nuire à l'image de la police.... à moins que, enfin tu verras bien.wink2

    2
    Samedi 7 Octobre à 21:55
    erato:

    Oh là là ça gênent  les gens discrets sur leur vie , ça ne plait pas !

    J'admire la police qui doit écouter stoïquement tous ces propos!

      • Samedi 7 Octobre à 22:26

        Pas toujours un métier facile.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :