• 144 - Jean Charles + Maxime.

    JC - Vous avez plus de courage que je ne l'aurai cru. Franchement je pensai que j'allai vous attendre longtemps pour rien. Bonjour Maxime.

    M - Bonjour Jean Charles. C'est toi qui as fait preuve de courage en franchissant la porte de la boulangerie pour m'inviter à ce rendez-vous. Tu mérites mon déplacement. Je me répète,  nous aurions pu nous parler devant une tasse de café, à la boulangerie. Tu as voulu une rencontre en un lieu très éloigné de Saint-Méen-le-Grand, soit, je suis là. En quoi puis-je t'être utile Jean Charles ? C'est au sujet de ta mère ?

    JC - Non mais on peut démarrer comme ça. On marche ?

    M - Il y a des années que je n'ai pas vu la mer de près. Si nous allions mettre les pieds dans l'eau. Oh ! Pardon, pardon, mon Dieu pardon. Oh Jean Charles excuse-moi.

    JC - Merci.

    M - Non vraiment pardon, pardon, pardon, j'avais complètement oublié.

    JC - C'est bien ce que je dis : Merci. Pour une fois que je ne suis pas un infirme. Merci. Descendons vers la mer, voulez-vous.

     

     

    M - C'est quoi l'histoire ? C'est l'anniversaire de Marie Nelly, et tu veux lui organiser une fête secrète ? J'ai là dans mon sac quelques fiches qui me semblent pouvoir lui convenir.

    JC - Ne les sortez pas. Vous avez contacté qu'avec maman 2+2 font 385.

     

    JC - Vous souriez donc, c'est oui, mais votre politesse vous fait garder le silence. Écoutez Maxime, j'ai besoin de savoir quelque chose de très important. J'ai vraiment besoin de connaitre la vérité.

    M - Que se passe t-il ? Tu es bien grave.

    JC - Je résume. Maman m'a raconté que vous aviez perdu un enfant il y a très longtemps. Que comme elle, vous ne parvenez pas à vous en remettre. Elle a ajouté que la folie vous fait croire que votre bébé mort c'est réincarné dans Titouan. Qu'est-ce qui est vrai dans tout ça ? S'il vous plait, dites moi la vérité, c'est vraiment, vraiment très important.

     

    JC - Vous en faites une tête... Putain tout est faux... Merde et merde. J'ai eu ma réponse. Merci. Merci.  Maxime, profitez d'aller mettre les pieds dans l'eau, au moins que je vous ai servi à ça.  Même par ce temps froid, ce doit être bien agréable. Profitez en. Bonsoir.

     

     

    M - Attend.

     

     

    M - Attend.

     

    M - Excuse moi, mais j'ai l'impression d'avoir reçu un uppercut dans le ventre... J'étais vraiment à des années lumières de toi. J'ai l'air con avec mes fiches à gâteaux. Bon. Alors commençons par le commencement. Cette fois les 2+2 ont dépassé les 30 000.

    JC - Vous n'avez jamais perdu d'enfant.

     

    JC - Maxime.

     

    M - Non. Mon fils n'est pas mort. Il est vivant. C'est Titouan.

    JC - Oh putain. Putain, putain, putain.

    M - Je ne suis pas folle Jean Charles. J'ai vraiment accouché de Titouan. Enfin de Rodolphe. Qui est Titouan pour toi. Tu es amoureux de mon fils, Jean Charles.

    JC - Non.

    M - Ta mère m'a dit...

    JC - Qu'on était homo.

    M - Oui.

    JC - Et c'est faux.

    M - Mais pourquoi elle a inventé ça ?

    JC - Parce que 2+2 ne font jamais 4 avec elle. On l'a laissée le dire à qui voulait l'entendre. Il s'est foutu sacrément dans la merde votre fils, Maxime. C'était la seule façon que j'avais de l'aider à l'époque. Mais là il s'enlise grave. Maintenant il a besoin de vous.

    M - Je ne peux rien pour lui.

    JC - Oh que si.

    M - Jean Charles tu ne sembles pas bien comprendre, Titouan est le fils de Solène et de Yves.

    JC - Mais pas génétiquement. C'est vous sa mère biologique . Et c'est qui son père ?

    M - Romain Fouques.

    JC - Connais pas mais c'est une bonne réponse, il fallait juste que son père ne soit pas Yves. Maxime j'ai envie de vous embrassez.

    M - Pardon !

    JC - Vous êtes au bord de la panique, vous. Putain mais vous ne vous rendez pas compte c'est immense ce que vous me raconter là. Ah putain c'est le Graal.

    M - Jean Charles je ne vois pas pourquoi vous vous emballez, c'est du passé. Du passé. c'est tout.

    JC - Oh que non, c'est l'avenir. Maxime vous êtes grand-mère.

    M - Marie Nelly a déjà réussi à vous faire adopter un enfant ?

    JC - La gamine russe : non. Vous avez entendu dire que Charlotte, la sœur de Titouan avait eu un fils ?

    M - Oui.

    JC - Et bien c'est votre petit fils car le père de Lou-Evan c'est Titouan.

    M - Vous n'êtes pas sérieux. Il a violé sa soeur.

    JC - Ce n'est pas un monstre mon pote, c'est un mec amoureux. Ils sont dingues l'un de l'autre même si ils se cherchent les poux tout le temps. Maxime Je vais vous prédire l'avenir : Vous allez lui donner votre nom pour qu'il épouse Charlotte et reconnaisse son fils, avant d'avoir sa fille. Il y a du boulot et on n'a pas beaucoup de temps.

     

    « 143 - Titouan.145 - Jean Charles. »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 20 Juillet à 19:44

    Ah ben la ça évolue !  Dans la panique et la surprise mais ça évolue.

    Mais le pacte que j'ai imaginé entre Solène et Maxime risque gros ...

      • Samedi 22 Juillet à 13:47

        Ce n'est pas ça non plus.

    2
    Jeudi 20 Juillet à 21:15

    Tu imagines un pacte : alors là tu vas être très surpris de ce que va raconter Maxime dans 2 chapitres. Nos 2 imaginaires sont très différents.

      • Jeudi 20 Juillet à 22:01

        Pas un pacte mais un "deal" disons ...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :