• 141 - Charlotte & Titouan.

    C - Tu me fais la gueule, c'est ça ? Je n'y peux rien, moi. Je te passe juste l'information. Tu crois que cela me fait plaisir à moi ? Il nous a permis de rester ensemble en paix, d'avoir nôtre fils, et ton CDI aussi. Il nous a tout donné et maintenant tu as le sentiment qu'il nous reprend tout. Tu le vois comme un traitre.

    T - Je n'ai pas dit ça.

    C - Je te connais par cœur mon Ange. Je sais ce que tu penses. Tu n'as pas à me le dire.

    T - Si tu étais aussi douée que ça, ce gosse, on ne l'aurait pas.

    C - Pauvre mec. T'es qu'un pauvre mec. Et bien tu sais quoi, ça tombe bien, il n'est pas à toi, il est de père inconnu.

    T - Parce que tu crois que cela me fait plaisir.  Tu n'écoutes rien. Si on est dans la merde ce n'est pas de la faute de Jean Charles, c'est de la tienne, uniquement de la tienne. Tu es une gamine capricieuse, exigeante, impatiente, tu fais connerie sur connerie. Tu n'as même pas repris la pilule, ne me dis pas le contraire, la tablette n'est pas commencée. Tu es inconsciente, juste inconsciente. J'avais un plan, il suffisait de le suivre, mais non tu n'en fais qu'à ta tête. Merde, tu grandiras quand Charlotte ?

     

     

    T - Oh et puis merde Charlotte, ne te mets pas à pleurer, tu n'as plus trois ans. Écoute moi, regarde moi et écoute moi. Je t'aime mon amour je t'aime, mais tu nous fous en danger. Et cela a toujours été. Tu n'avais que quatorze ans quand tu es entrée à poil dans mon lit pour me lécher le gland. Tu avais lu ça où toi, qu'une relation commençait par une fellation ? Tu ne te rends même pas compte des conséquences qu'auront tes actes. Charlotte, la vie ce n'est pas ça. Ce n'est pas de l'immobilité et un pas de géant d'un coup. Tu dois apprendre à franchir les étapes. Je t'ai expliqué quoi ce soir là ? Tu t'en souviens. Est-ce que tu t'en souviens au moins ?

    C - Tu fais des études courtes. Tu te trouves un travail pour avoir un CV qui te permettre de partir au Canada. Là-haut tu te trouves un CDI, un logement et tu me fais venir. Comme on a le même nom de famille, on sera pour tous comme mari et femme, alors on fera un enfant, puis un second et un troisième si cela m'enchante.

    T - Et toi tu fais quoi ? Toi tu débarques dans mon appart, trois semaines après que j'y ai aménagé. Tu ne penses qu'au sexe.

    C - Tu es dégueulasses là, tu es dégueulasses.

    T - Je suis dégueulasse ! Mais tu te fous de ma gueule. Mais tu ne comprends pas que je bosse pour nôtre avenir. Platonique, mille fois je t'ai dit que nôtre relation doit rester platonique. Charlotte tu es ma soeur putain, tu es ma soeur, ma soeur. Tu nous fous constamment dans la merde Charlotte. On vit à un kilomètre de chez les parents. Tout le monde nous connait ici. Tu as voulu venir vivre avec moi, j'ai déménagé pour que tu ais ta propre chambre. Papa et Maman ou n'importe qui d'autre peut débarquer à tout moment à l'appart. Mais tu te fous de ça. Combien de fois t'ai-je dit de débarrasser le bordel que tu poses sur ton lit. Avant Lou-Evan, ta chambre ressemblait à un débarras, juste un débarras. Tu dois  dormir dans ton lit pour que tes draps  ne sentent plus la lessive. Ce n'est tout de même pas compliqué à comprendre ça. Combien de fois en rentrant du boulot à midi, je t'ai retrouvé encore au lit, dans mon lit. Mémé passe toujours à l’improviste, tu le sais pourtant bien. Mais quel mot il faut que j'utilise pour que tu comprennes. Tu nous fous dans la merde Charlotte, tu nous fous dans la merde.

    C - Tu m'aimes oui ou non.

    T - Charlotte le problème n'est pas là.

    C - Oui ou non ?

    T - Oui. Cela te va ?

    C - Je suis la femme de toute ta vie, oui ou non.

    T - Oh Charlotte !

    C - Oui ou non ?

    T - Non si tu ne changes pas de comportement. Non. Parce que je ne vais pas avoir d'avenir à cause de toi. Mais Charlotte tu ne comprends rien à rien. Ici nous n'avons pas d'avenir. Ici on doit faire profil bas, raser les murs. Tu es ma soeur, ma petite soeur. Nôtre amour ne pourra être vécu en plein jour que quand nous serons au Canada. Là-bas j'aurai pu être le père de mon fils, ici je suis son oncle. Tu crois que cela me fait plaisir ? Tu devais rester chez les parents, je devais bosser à la laiterie le temps d'acquérir un savoir faire, et ensuite je serai parti au Canada. Tu m'y aurais rejoint, tu serais devenu ma femme, et on aurait eu nôtre enfant. C'est comme ça que les choses auraient dû se passer. Regarde ce que ton impatience a fait de nous. Je suis une pétale pour les gars au boulot, tu as un enfant d'un mec d'un soir. Il a raison Jean Charles, il faut que nous sortons de cette merde. Charlotte on aurait pu être tellement heureux. Il faut que tu arrêtes tes conneries. Grandie. Merde, grandie.

    C - Mais on est heureux, on s'aime.

    T - On vit dans le mensonge. Nôtre vie c'est magouille et compagnie. Tu as vingt trois ans Charlotte maintenant, pour ne pas dire vingt quatre, il est grand temps que tu te mettes du plomb dans la tête. Dis moi, tu vois nôtre avenir comment toi ?

    C - Je ne sais pas. Ensemble. Toi, moi, Loulou et la petite Diane.

    T - Charlotte je te préviens, malgré tout l'amour que j'ai pour toi, non, pas malgré, au nom de tout l'amour que j'ai pour toi, si tu tombes enceinte, dès que je le découvre, même si je dois t'y emmener en t'attachant et en te tirant par les cheveux, je te jure que tu avorteras. Ne me fait pas ça, ne nous fait pas ça. Mais tu ne comprends pas que ton impatience va nous détruire.

    C - On n'ira jamais au Canada, je ne serais jamais ta femme. On ne pourra jamais être un vrai couple. A douze ans tu avais déjà tout programmé, tu es comme maman avec ses listes aimantées sur la porte du frigo.

    T - Elle a raison. Oui je suis comme elle parce qu'elle a raison. Il faut se fixer un objectif, créer un plan de route et ensuite vivre, c'est remonter la route jusqu'à l'objectif. Il n'y a que comme ça que l'on gagne.

    C - C'est de l'utopie.

    T - C'est du bon sens, Charlotte.

    C - Parce que tu te serais fait moine en m'attendant ? N'importe quoi. Dans les bras d'une autre, tu m'aurais oublier. Je ne suis pas sotte, je sais bien que je vais te perdre, alors je veux des enfants de toi, parce que tu es mon amour pour toujours. Jamais un autre homme ne me touchera. Oui je suis allée dans ton lit, oui je me suis imposée chez toi, oui j'ai eu mon fils sans ton consentement mais c'est parce que contrairement à ce que tu crois, je ne pense qu'à l'avenir. Je vais te perdre, je vais te perdre. Tu vas rencontrer une femme plus jolie, plus intelligente et tu vas me quitter. Tu es l'amour de ma vie, l'amour de ma vie. Pour toi je suis juste ta soeur, tu me le répètes tout le temps. Si j'étais ton grand amour tu ne me dirais pas d'aller dans mon lit, tu t'en moquerais de ce que pensent les autres. En France ou au Canada, je vais te perdre, je le sais bien. Je ne veux pas aller là-bas, il fait trop froid. Tu n'as jamais aimé maman et tu as toujours détesté papa, mais moi je les aime et je veux rester vivre à Saint-Méen avec eux. Je sais depuis toujours que je vais te perdre et que personne ne pourra jamais me consoler de t'avoir perdu. Je ne serais forte loin de toi que parce que tu seras à mes côtés dans les veines de Diane et Lou-Evan.

    T - Charlotte, je vais t'expliquer un truc. Un mec ce n'est pas une queue, même si tous les mecs le disent, et maman aussi. Je n'ai pas besoin de te toucher, de te voir, pour t'aimer. Regard Jean Charles, il n'a aucun sexualité, cela ne fait pas de lui un homme détraqué. J'aurai très bien pu vivre comme lui. Te savoir sur Terre me suffit. Ne comprends tu pas que la vie nous a mis frère et soeur pour mettre à l'épreuve mon amour. Ne comprends tu pas que ne pas te toucher pour te protéger aurait été une preuve d'amour bien plus grande qu'une partie de jambes en l'air. Bien sûr c'est très chouette de te voir jouir, mais c'est éphémère, moi je veux nous construire une vie, un avenir, une famille.

    C - Je n'y crois pas. Tu passeras à une autre. Tu n'es pas Jean Charles, lui il ne vit que pour ses dessins, il s'en fout des femmes, toi tu as des désirs. Si je n'étais pas là, si j'étais chez maman, tu aurais des filles dans ton lit. Tu ne les aimerais peut-être pas, tu continuerais à vouloir aller vivre au Canada, mais tu sortirais le soir, tu irais boire des bières avec tes collègues et certains soirs tu ramènerais une fille dans ton lit. C'est humain. La sexualité fait parti de la vie des hommes comme manger et boire. Regarde le nombre de couple qui s'aiment et qui passent leur temps à s'envoyer en l'air avec d'autre. C'est beau dans les livres un mec comme Cyrano qui aime sa Roxane et qui ne la touchera jamais. Mais tu n'es pas un personnage de roman. Oui je ne t'écoute pas, oui je entre dans ton lit, oui je ne me conforme pas à ta route toute tracée et hyper longue. Je sais que je te contrarie, et je continuerai, mais je vais te dire, quand on aura cinquante ans, que tu auras épousé je ne sais qui, que tu auras trois gosses avec elle, et bien moi j'aurai mes souvenirs, j'aurai mes enfants de toi. Ta route est beaucoup trop longue Titouan, à un moment sur un trottoir tu vas m'oublier.

     

     

    C - Tu ne me réponds pas, parce que tu sais que j'ai raison. Vas voir Jean Charles, il t'attend.

     

    T - Charlotte

    C - Quoi ?

     

    C - Je t'écoute.

     

    C - Qu'est-ce qu'il y a ? Pourquoi tu sembles si désolé ?

    T - Tu es toute ma vie, mon coeur, mon sang, mes poumons, mon oxygène, mes pensées...  J'ai envie de t'inonder d'amour, et tu ne le sais même pas. Vas y fait Diane, fait ton second bébé, mais ne t'étonne pas si le monde s'écroule ensuite. Ta maman chérie, tu vas voir comment elle va réagir quand elle va comprendre.

     

    « 140 - Marie Nelly.142 - Charlotte. »

  • Commentaires

    1
    Lundi 10 Juillet 2017 à 22:07

    Etrange passion. lequel des deux est le plus (auto)destructeur ?

    2
    Mardi 11 Juillet 2017 à 20:49

    Avis personnel : elle.

      • Mardi 11 Juillet 2017 à 21:07

        Je pense aussi , quelle famille ... il est bien servi le gamin avec ces deux zigotos

      • Mercredi 12 Juillet 2017 à 23:05
    3
    Mercredi 12 Juillet 2017 à 21:26
    Dani et ses Chats

    Coucou.

    Comment va KZ ?

    Et Irina ?

    Inaïs continue de couver ?

    Bonne soirée Sereine et à toute la Résultante.

     

      • Mercredi 12 Juillet 2017 à 23:09

        KZ : la blessure ne s’aggrave pas mais n'évolue pas en fait.

        Irina : Elle va vraiment très très bien sauf qu'elle devient de + en + nue. C'est normale qu'elle perde son poils d'hiver, mais elle, elle n'est a plus aucun sur les cuisses, les joues, les pattes. Elle continue sa cure de minéraux via une pierre à lécher (Kirill & Kiana s'y amusent aussi).

        Inaïs : oui malheureusement elle est toujours sur son nid, enfin elle en change, mais elle coule non stop.

      • Jeudi 13 Juillet 2017 à 20:53
        Dani et ses Chats

        Pour Irina oui c'est bizarre qu'elle se 'dépoile' ...

        Si elle va bien tant mieux, mais bon quand quelque chose

        ne va pas ou n'est pas logique, c'est plutôt inquiétant tout de même.

        Inaïs : quelle galère, elle doit être exténuée !!!!

        Dingue ce truc !

        Pour KZ la plaie ne sèche pas ?

        Vu que c'est à l'air libre ça devrait faire comme une croûte non ?

        Moi c'est encore Florus qui m'agace !!!

        Il a une nouvelle plaie encore plus grosse que ce qu'il avait eu

        entre l'oreille et l'oeil. Cette fois c'est dans le cou !!!!

    4
    Jeudi 13 Juillet 2017 à 21:01

    Le véto dit génétique + carence en minéraux pour Irina. Pour Florus qu'est-ce ???? Une véritable énigme ce chat.

      • Vendredi 14 Juillet 2017 à 19:45
        Dani et ses Chats

        Je pense que la gale revient.

        Je l'ai vu se gratter, mais surtout baisser les oreilles,

        comme si quelque chose le gêne ...

        Je le traite bien sûr.

        Le problème est que chaque fois que je le porte à la clinique,

        on me donne des produits que j'ai déjà, et on me dit :

        ce n'est pas la gale.

        Or j'ai pris des photos des cochonneries que je sors ... je te dis pas ...

        c'est crado de crado, noir de noir.

        Du coup je le soigne. Si la sem. prochaine ça ne s'arrange pas,

        je le porterai par acquis de conscience, mais je ne me fais aucune

        illusion !!! Ou pour la 1ère fois je change de clinique ... je vais voir ...

        Et quand il se gratte, il doit s'abîmer le cou (pour cette fois)

        Il y a un chat qui a pareil ou presque (Squirel)

        Aujourd'hui il a réussi à s'enlever "la collerette" en tissu.

        Pour le moment je laisse ... en espérant qu'il ne se refasse pas saigner,

        car sa plaie commence à sécher. On verra ...

        Florus est un chat peureux qui se laisse facilement dominer.

        C'est un amour ce chat  (sauf quand il pisse partout ...)

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :