• 139 - Maxime.

    Maintenant je me souviens pourquoi je n'aimai pas la Corouge, enfant. Elle est infernale. Elle n'écoute rien, vit dans son imaginaire débordant. Ce n'est vraiment pas étonnant qu'elle est eu un fils qui écrive des histoires. J'espère juste pour lui qu'elles sont moins délirantes que celles de sa mère.

     

    Si Marie Nelly prenait le temps de s'écouter, elle entendrait toutes les contradictions que son discours additionne. Mais comment peut-elle se supporter ? Pas étonnant que son mari ne sorte jamais de sa laiterie, qu'il parte à l'aube et rentre le plus tard possible. Elle est assommante. Comment Jean Charles peut-il rester avec elle ? Il a vingt cinq, vingt six ans, il est en couple, pourquoi ne s'installe-t-il pas avec Titouan ? Est-il aussi fou qu'elle ? A moins qu'il n'ose pas la quitter, étant son dernier fils. Elle lui fait peut-être un chantage style "si je te perds aussi, je n'aurais plus de raison de vivre, je me suiciderai". Non elle est trop survoltée pour ça, elle serait plutôt du genre à le prévenir que si il part, elle prend le premier avion pour l'Australie puisque plus rien ne la retient à Saint-Méen-le-Grand.

     

    C'est moi qui devrait m'envoler pour l'Australie et dès ce soir. Même si pour ça je dois vider mon minuscule livret bancaire et faire trois escales.

     

    Depuis mon passage chez Andrée, je sens bien que je suis à fleur de peau, totalement dans la peur, cent pour cent sur la défensive. Je sens au fond de moi que Solène va débouler comme une furie, qu'elle va m’agresser comme jamais. Je sais de quoi elle est capable quand on la contrarie. Pour elle, la vie doit toujours présenter ce qu'elle attend, non, ce qu'elle a programmé. Solène n'est jamais passive, dans l'attente. Solène dirige, maitrise tout. Qu'un autre qu'elle prenne des initiatives est impensable. Que j'ai parlé dans son dos à sa mère ... Elle doit être folle de rage. Si elle n' a pas encore abattu sa fureur sur moi, c'est qu'elle prépare ses armes. Sa haine va être violente. Alors oui je panique à l'idée de la voir débouler, oui, je suis  en alerte. Si je me laisse surprendre, elle va m'assassiner, si je parviens à esquiver certains coups, j'ai une petite chance de survie. Je suis en alerte et je cherche mes armures à défaut d'armes. Face à elle je ne ferai jamais le poids. En colère elle n'est plus humaine, elle est bulldozer. Même en plein sommeil d'ailleurs, a-t-elle une parcelle d'humanité ? Dire qu'enfant j'admirai, j'enviai sa façon d'avancer au milieu du monde qui stagne. J'étais tellement pleine de doutes, elle savait toujours se sortir de tout. Elle avait réponse à tout, elle assumait tout, elle dirigeait tout. Elle me semblait si géante et moi, je me sentais à son côté si rien du tout.

     

    Les années se sont additionnées, les rides ont colonisé mon visage. De pauvre pomme, je suis passée à pauvre pomme flétrie. Elle, elle est passée de la petite pelleteuse des années quarante ou super bulldozer futuriste, le modèle 2040.

     

    Je me fais honte. Je n'ai rien appris de la vie. J'étais minable, je suis minable et je vais devenir des miettes de misère. Elle va me pulvériser. Où trouvez la force de l'affronter ? Je pars perdante et ce n'est que lucidité.

     

    Depuis ma rencontre avec Andrée, je suis en survoltage. Je sursaute à chaque fois que la cloche de la porte de la boulangerie retendit. Je ne supporte même plus de l'entendre, je me cache au fond de la maison, du fournil. Je sais je suis pitoyable pour une femme de cinquante ans bientôt.  On ne se refait pas.

     

    Encore plus l'arrivée de Solène, si je veux être honnête jusqu'au bout, je panique à l'idée de voir mon fils. Andrée m'a dit qu'il était le portrait de Romain. C'est très con - prétentieux-  je sais, mais je me dis que même les yeux fermés je reconnaitrai mon fils comme un chien retrouve son maître au milieu d'un carnaval. En vérité je suis assez mauvaise mère pour lui avoir servi du pain dix fois, sans m'apercevoir qu'il est ma chair mon sang, là debout devant moi. Je suis assez rien pour ne pas sentir sa détresse, son espérance, que sais-je encore.

     

    Quel cocktail de sentiments circule dans les veines quand on rencontre sa vraie mère pour la première fois ?

     

    Il ne viendra pas. Il ne voudra pas de moi. Je ne l'en blâmerai pas. Je ne me voudrai pas pour mère non plus. Rodolphe ne cherchera pas à savoir qui je suis. Pas Rodolphe, Titouan. Titouan, je le sais pourtant, Titouan. Il ne nomme Titouan.

     

    Pourquoi me suis-je ouverte à cette allumée de Marie Nelly ? Elle a articulé son nom et j'ai déversé. Enfin déversé ... déversé rien. Andrée a tout deviné, Marie Nelly tout inventé.

     

    Pourquoi ne suis-je capable d'aucun mot ?

     

    Pathétique. Je suis pathétique.

     

    J'en ai vécu des réunions, j'en ai organisé des formations, où est passée l'oratrice en moi ? Qu'ai-je fait de mon éloquence ? Je sais parler pourtant. Professionnellement je n'ai jamais eu peur d'affronter un client, j'ai défendu les pires dossiers face aux banquiers. Pourquoi suis-je si forte derrière les colonnes de chiffres et si minable dans l'affectif ? Le décalage qu'il y a entre moi à la banque pour Papa et moi assise devant le juge qui gère mon divorce et me fait perdre mes filles, est abyssal. C'est à pleurer. Pire c'est à désespérer. Aucune larme sur mon sort ne fera germer une variation.

     

    Quand Mickaelle a téléphoné aujourd'hui, que j'ai vu son prénom s'afficher sur l'écran, je me suis dit "parle lui". Je suis en confiance avec elle. Pourtant pas un mot. Je n'ai articulé aucune mot. Oh si j'ai parlé. De la pluie et du vent, de la couleur du papier peint, j'ai même abordé le sujet du tueur de Tchétchènes mais sur ma souffrance, ma panique interne : rien. Je n'ai rien dit.  Pas un mot non plus sur l'orphelinat, pas un mot sur Titouan, pas plus de mot sur une possible future adoption. Je suis en dessous de tout. Je ne vois pas le zéro de près, il est bien plus haut que moi, je suis profondément dans le négatif. On devrai m'abattre.

     

    Marie Nelly, via son labyrinthe de folie est parvenue à tout retrouver : je suis la mère de Titouan, Romain Fouques est son père. Comme c'est bon d'avoir ça face à soi, comme cela fait du bien de l'entendre. J'aurai tellement voulu que la conversation s'arrête là. J'aurai pu concevoir qu'elle veuille savoir comment Rodolphe est devenu Titouan et inversement, mais l'idéal aurait été que derrière la révélation, il n'y eut rien. Une minute de silence.

     

    Non. Ce ne fut que folie verbale. J'ai dans l'idée que Marie Nelly n'a souvenir de rien. Enfin rien, non, elle a retenu l'essentiel pour elle : elle va devenir la grand-mère de ma fille déposée à l'orphelinat voilà quelques mois.

     

    Je suis maudite. Je passe 50 % de ma vie à assommer avoir tué mon fils alors qu'il vit et quand enfin je parviens à sortir qu'il est vivant, je deviens coupable d'avoir abandonnée une fille que je n'ai pas faite. Je suis maudite.

     

    Elle va oublier Titouan, Romain. Elle ne se rappellera que de ma fille. Demain voir après-demain, Anastasia va me tomber dessus. Elle m'accusera d'avoir trompé son père, d'avoir abandonné sa sœur après avoir tuer son frère. Solène n'aura plus qu'à me finir. Comment disait Edmond : Un pain au chocolat piétiné par un passant. Voilà ce que je vais être avant la fin de la semaine : un tas de miettes au sol. La question est : Qui me donnera le coup premier qui ne fera tomber ? Ma fille ou Solène ? Et laquelle des deux achèvera la bête ? La Mort est assurément être plus douce que certaines étapes de la vie.

     

    Je devrais peut-être écrire aux filles pour les prévenir qu'elles vont entendre des horreurs sur moi, mais que rien est vrai.

     

    A quoi bon ?

    Comme me l'a craché Anastasia devant la juge " il n'y a que les coupables qui ont des explications à donner, eux seuls ont un scénario monté de toutes pièces pour se disculper. Les innocents n'ont aucune défense car ils ne se souviennent de rien puisqu'ils n'ont rien vécu de transcendant". Rien vécu de transcendant ! Pourquoi la juge n'est-elle pas intervenue ? Pourquoi suis-je la seule à la trouver insolente ? Certes je ne sais pas m'y prendre, certes je ne sais pas être mère, je ne l'ai jamais su. Trop copine ou trop directive, trop cassante ou trop indulgente à passer pour indifférente. Je n'ai jamais su être mère. Mais ma fille ne se comporte plus en fille, elle n'est plus qu'ennemie virulente sur ces derniers mois.

     

    Marie Nelly est mille fois trop excessive, mais elle a le mérite de travailler pour combler son fils. Il lui reproche probablement de lui décrocher la Lune quand il voulait juste un carré de chocolat, mais elle se démène pour lui. Comparativement à moi, elle réussit tout ce que je rate, elle est une mère exemplaire. Jamais elle ne se laisserait écraser par une fille qui refuse de lui adresser la parole, devant le juge elle se serait battue comme une lionne, limite elle aurait kidnappé Titouan et Solène pour prouver qu'elle n'a aucun fils sous terre.

     

    Je ne suis pas maudite, je suis juste minable en tout. C'est désespérant d'être aussi faible. Je vieillis en n'apprends rien. Je ne sais pas comment Solène a élevé mon fils mais ce que je sais, c'est qu'elle fut une bien meilleure mère que moi... même si je l'imagine très mauvaise car sans affect.

     

    Si je savais prier, je demanderai à Dieu d’œuvrer pour que jamais Titouan ne découvre mon existence. Il n'a pas besoin de savoir qu'il est né d'une femme qui ne vaut rien.

    « 138 - Maxime & Marie Nelly.140 - Marie Nelly. »

  • Commentaires

    1
    Samedi 8 Juillet à 08:40

    Introspection ... Bizarre mais elle devient plus sympa et touchante dans ce chapitre. Le personnage évoluerait-il ?

    2
    Samedi 8 Juillet à 10:38

    Non je ne pense pas, seulement elle se dévoile un peu plus chaque fois.

    3
    Danielle et =^.^=
    Dimanche 9 Juillet à 13:53

    J'espère que KZ se laisse soigner sans difficulté ... et guérira vite !

    Doux dimanche à toute La Résultante =^.^=

    4
    Dimanche 9 Juillet à 18:23

    Si elle a un coton tige dans le bec c'est qu'elle mord très fort. J'ai des gants mais je la sens quand elle s'y prend bien. Donc une fois bien maintenue, je nettoie comme je peux. Certain soir je ne peux pas l'avoir car elle dort au sommet du logement II. Un oiseau qui va mal n'est jamais en haut. Quand il va très mal, il n'est plus que au sol. KZ vit très haut donc bien sûr elle doit avoir mal, mais elle garde son rang, ses habitudes.

    5
    Dimanche 9 Juillet à 18:29
    Dani et ses Chats

    Elle n'y a pas été de "bec mort" Rêv !!!

    Que lui a t-il (elle plutôt) fait pour qu'elle l'amoche de la sorte ...

    J'espère que ça ira !

    Guéris vite petite KZ.

     

      • Dimanche 9 Juillet à 19:23

        2 filles qui veulent le même nid, tout simplement.

        Je l'ai supprimé par sécurité. Il leur en reste beaucoup de vide. Cette année seule les M&M en ont pris un . (Marceau & Merwenn)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :