• 131 - Jean Charles.

    Ce qu'elle peut être excessive parfois !

    Titouan adore maman, on voit bien qu'il n'en connait qu'une étroite partie.

     

    " Tu peux tout me dire mon chéri ".

    Pas de doute là dessus, à maman on peut tout dire, rien ne la gène, rien ne l’effraie, puisqu'il y a un filtre à l'entrer de ses oreilles. N'arrive à son cerveau que ce qui satisfait son mode de pensée. 

     

    Voilà que maintenant il nous faudrait adopter un enfant, enfin une fille, une gamine à laquelle elle a déjà trouvé un prénom.

     

    Et pourquoi ne devrais-je pas aussi épouser Titouan. Deux mecs peuvent se marier maintenant. Comment est-ce possible qu'elle n'y ait pas encore pensé, qu'elle n'ait pas déjà réservé le traiteur et la salle ?

     

    Maman a de la purée dans les yeux et les oreilles, des pois cassés dans la tête. Je forme un très beau couple avec Titouan ! Mais où va-t-elle chercher ça ? Est-ce qu'une fois elle nous a vu nous embrasser ? Est-ce qu'une fois elle nous a vu nous toucher ? Est-ce qu'une fois il a passé la nuit dans mon lit ? Est-ce qu'une fois j'ai découché ? Non, non, non et non.

     

    Maman voit un geste tendre pour un bébé et elle conclue que je veux être père. Pareillement elle nous voient collés ensemble, ne fréquentant aucune fille et elle conclue que nous sommes homosexuels.

     

    Super idée de génie.

    Titouan qui n'a jamais su faire autre chose que de mentir à ses parents à hurler à l'idée de génie. Ce fut simple pour lui de raconter des bobards à mes parents, ils inventent sa vie tout le temps, devant tout le monde.

     

    Moi je n'en foutais. Cela lui rendait service. Maman était aux anges d'avoir un nouveau fils. Papa... papa du moment que cela n'influence pas négativement son chiffre d'affaire, il ne s'en irrite pas.

     

    Homosexuel. Je suis homosexuel pour maman. Seulement pour maman, pour les autres, tous les autres je suis juste le type sans pied.

     

    " Monsieur ma maman elle m'a dit que tu as pas de pieds, alors pourquoi tu as des chaussures Monsieur, et comment tu marches sans pieds ?"

    Il avait quoi ce p'tit gars ? 3 ans ? 4 ans ?

    Si il est le dernier pour l'heure à m'avoir posé la question , il n'est qu'un au milieu de dizaines, dizaines qui finiront par donner des centaines. Je connais très peu de gens, j'en fréquente encore moins, pourtant je demeure en tête de liste des gus populaires.

    " Mais tu sais, c'est le gamin qui a perdu ses deux pieds dans l'accident ". Toutes ces bonnes-femmes qui chuchotent mais jamais assez bas pour que je n'entende pas !

    Ah et il y a aussi : "Tu crois qu'il bosse ? " " Pourquoi veux-tu, il doit toucher le pactole de la sécu. "

    Et ce gosse que je croise souvent : " C'est super tes dessins. Maman elle veut pas que je dessine, elle veut que j'apprenne un métier. Tu as de la chance toi d'avoir pas de pieds, t'es riche, tu peux dessiner tout le temps. "

     

    On devrait couper les couilles à une quantité de cons. Ils sont trop nazes pour être parents. Les gosses de l'orphelinat ne savent pas la chance qu'ils ont.

     

    Anne Katelle Leleuc la fille des homo, la fille de l'handicapé homo. Qu'on la laisse dans son pays, son avenir sera moins noir qu'ici.

     

    Je n'ai pas de pieds et maman n'a pas d'yeux. Aucun mec ne me fait avoir la trique. Titouan peut se foudre à poil devant moi, sa queue ne m'intéresse pas.

     

    Je  ne suis pas homo, je suis puceau. Ma langue ne s'est jamais glissée dans la bouche d'une fille. Mes paumes ignorent tout de l'arrondi des seins. Ma peau se désespère d'être enfin dessinée par des mains. Mes yeux cherchent en hurlant famine le regard dans lequel enfin ils pourraient se lover.

     

    Je ne suis pas un homo, je suis bien pire qu'un puceau, je suis un handicapé, soit un sensuellement invisible.

     

    Qu'est-ce que cela peut me faire d'être homo pour maman ? Cela la rend heureuse d'avoir un beau fils. Elle est heureuse dans son monde imaginaire. Elle ne capte jamais ma souffrance. Si elle savait combien certains jours ma condamnation à la solitude à perpétuité m’insupporte !

     

    Je peux tout lui dire. Connerie. Si elle savait que je ne suis homo que pour convenir à Titouan, si elle savait que je suis un hétéro puceau, que ferait-elle ? Elle m'accuserait de lui voler son beau fils, elle qui a déjà tant souffert d'avoir perdu son ainé ? Elle me dirait de ne pas m’inquiéter, que je suis le merveille des fils, le mari parfait et en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, elle aurait ouverte une agence matrimoniale juste pour moi.

    " Prendre son pied quand on l'a perdu".

    L'agence matrimoniale  pour les handicapés de la godasse. 

     

    Charlotte a raison. Oui une fille peut désirer me faire l'amour, dans l'absolu. Je sais qu'elle a raison. Tout habillé je ne suis pas moche. J'ai de la conversation, de l'humour, de l'écoute. Il y a bien plus minable que moi comme mec. Seulement les mecs minables ont deux pieds et deux genoux, moi je n'ai qu'un genou et zéro pied.

     

    Charlotte toujours : " Quand l'amour unit deux êtres, les âmes sont si fortement liées qu'elles s'indiffèrent de la beauté des corps. Le sexe n'est plus l'utilisation de l'autre pour un exercice de style, une prouesse personnelle, le sexe devient ce qu'il n'aurait jamais dû cesser d'être, une partie du corps qui contribue autant que toutes les autres parties du corps à honorer les monts et les vallées du corps qui habitent l'âme adorée ". Elle devrait vraiment commencer à écrire, elle a du style, de la poésie la petite Charlotte.

     

    Charlotte a raison mais seulement en théorie. Elle a raison, sauf quand elle applique son laïus sur moi. Je ne la trouverais pas. Il n'y a personne pour moi. Non pas parce qu'en perdant mes pieds, je n'y ai plus eu le droit : punition diabolique. Il n'y a personne pour moi parce que c'est ainsi. Je n'ai plus de pieds seulement parce que dans ma vie je n'irai nul part. J'ai des jours additionnés par milliers devant moi, mais aucun avenir.

    Je ne suis pas moche : A quoi cela serre ?

    Je suis long d'être un con : A quoi cela serre ?

    J'ai une bonne culture générale : inutile aussi.

    La vie peut tout m'enlever comme elle m'a enlevé les pieds.

    Je n'ai qu'une feuille blanche pour avenir.

     

    Posséder est gâcher.

    Mes mains ne se poseront jamais sur une chute de reins. Je ne fermerai jamais les yeux pour mieux suivre une main qui voyage sur ma peau. Toute ma vie j'attendrai qu'une langue gourmande de femme vienne goûter à ma bouche. Attente dérisoire. Autant croire que mes jambes repousseront, que des pieds se reformeront au bout.

    C'est fou comme l'espoir s'accroche alors qu'il n'existe aucune espérance ! Je dois tenir de ma mère. Il y a la vérité sue mais bien plus refusée et l'impossible fantasmé qui habite les pensées, pour ne pas dire le quotidien.

     

    Quand j'aurai 88 ans je serais encore puceau.

    Est-ce qu'à 88 ans, parfois, encore, mes yeux sillonneront l'horizon en écoutant mon corps, à l'affût qu'il me dise "Là, c'est elle", comme je le fais aujourd'hui ?  Es-ce qu'à 88 ans je serais aussi con que maintenant ?

     

    Madame Jean Charles Leleuc n'existe pas. Je le sais aussi lucidement que je sais qu'à l'intérieur de mes chaussures il n'y a que des prothèses. Aucune chair, aucun os, que du polyuréthane et du silicone. Les êtres bioniques n'ont pas d'âme soeur. 

    Sans pieds on marche seul d'un fauteuil à roulettes à une chaise percée.

    « 130 - Marie Nelly.132 - Andrée - Maxime. »

  • Commentaires

    1
    Lundi 12 Juin à 21:14

    Ouh la, tu renverses mes hypothèses mais j'en échafaude une autre ...

    Pour le moment on est dans les personnages les plus positifs (façon de parler, disons) de ton histoire.

    Super pour les cornues , que ça dure

    Et des espoirs de mieux pour Guic ..

    2
    Mardi 13 Juin à 19:25

    Là je suis étonnée, je m'attendais à ce que tu me dises que ce texte confirmait ton idée. Je peux savoir ce que tu avais supposé ?

    Dans le roman suivant, on retrouvera 2 personnages de celui-ci. Jean Charles est l'un d'eux.

    Le matin rituel : les chèvres dehors - balade des chien - départ au boulot. Ce matin de ma voiture j'ai vu Kiana ruminer : Bonheur pour la journée.

      • Mardi 13 Juin à 21:32

        J'avais imaginé une conception pour autrui, comme on dit

      • Mercredi 14 Juin à 19:31

        Alors là moi pas comprendre toi.

      • Mercredi 14 Juin à 22:24

        J'aurais vu Charlotte porter un bébé pour ce que je croyais être un gentil petit couple de deux garçons

        Mais faut que je reparte à zéro

      • Jeudi 15 Juin à 20:48

        Alors là, en effet ce n'est pas du tout ça.... Même Marie Nelly n'y a pas pensé tu vois.

        Va savoir, dans un autre roman, je pourrai te l'offrir ton beau petit couple, d'ailleurs on l'a déjà : Les voisins du dessous de Mickaelle. On peut dans un prochain roman, leur trouver une maman ventre.

        Mais pas de mère porteuse dans ce roman ni dans le suivant.

      • Jeudi 15 Juin à 21:36

        C'était sympa , non ? Mais je trouverai, damned !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :