• 117 - Anastasia & Maxime.

    A - C'est complétement pas juste.

    M - Quoi donc Anastasia ?

    A - Ben que tu sois pas allée en prison. C'est complétement pas juste.

    M - Navrée de ne pas être la mère de tes rêves.

    A - Non mais mets-toi à ma place, que vont dire mes copines ? Déjà c'est délire d'être ta fille mais ben au moins si tu avais été en prison ça irait. Mais là ça craint.

    M - Beaucoup moins que ton langage. Tu ne t'améliores pas en vieillissant.

    A -Ouais c'est ça mon langage, et c'est parce qu'il parlait mal mon frère que tu l'as tué.

    M - Ana , s'il te plait.

    A - Et lui il te plaisait pas. Il avait quoi mon frère pour que tu l'ais tué ? Il a fait pipi au lit. Oh non attend, il pleurait alors tu lui as explosé la tête pour le faire se taire.

    M - D'abord, ok. Tu veux en parler. On va en parler. Mais déjà et avant tout, qui t'a raconté que j'avais tué mon fils ? Ta Tante ?

    A - Non c'est pas Claudine c'est Céline. Tu parles d'un week-end de merde. Tout le monde te déteste ici. Je vais jamais pouvoir me trouver un copain moi ici. Super je suis la fille de la tueuse, ça va être du délire sur ma page facebook. Ça t'a pas suffit de tuer mon frère, maintenant c'est ma vie que tu vas foudre en l'air.

    M - Tu ne crois pas que tu en fais un peu trop là.

    A - Mais tu ne penses qu'à toi, Tata a bien raison, tu es nuisible. Merde mais tu es dingue. Je vais le dire au juge. Je ne veux plus jamais aller à Saint-Méen. Tu n'auras pas ma garde. Et papa le sais que tu as tué mon frère  ?

    M - Anastasia, nous sommes en voiture, ce n'est ni l'heure ni le lieu pour parler de çà. Et puis là tu mélanges tout.

    A - Parce qu'il y a une heure et un lieu pour tuer son fils.

    M - Arrêtes, tu parles de choses que tu ne connais pas.

    A - Non j'arrêterai pas. Tu es folle dangereuse, tu n'es pas une mère, tu es un monstre, je te hais, je te hais, je te hais. Plus jamais je ne viendrai te voir, tu pourras me supplier à genoux, jamais plus je ne te regarderai et si tu viens chez moi un jour, je te cracherai dessus. Toute ma vie, j'ai rêvé d'avoir un grand frère et tu me l'as tué, tu me l'as tué. Je te hais. Je ne veux même pas savoir comment tu l'as tué, tu es une tueuse, je ne te pardonnerai jamais. Jamais. Je vais allée chez les flics parce que c'est pas juste qu'il soit mort et que toi tu sois même pas allée en prison.

     

     

    A - Ah tu dis plus rien là, parce que tu sais que j'ai raison. Tu vaux rien. Il y a que les monstres qui savent tuer leurs enfants, et encore les monstres malades mentaux. Mémé a bien eu raison de te mettre à la porte de chez elle. Tu es le déshonneur de la famille.

    M - C'est bien tu as bien appris ta leçon, tu connais par cœur les belles expressions de ta tante.

    A- Tu as tué mon frère, t'es qu'une merde, une ordure. Plus jamais tu ne pourras être ma mère, tu as tué mon frère, je te hais pour la vie. Je vais le dire au juge. Je ne suis plus ta fille.

     

     

    A - Pourquoi tu t'es arrêté?

    M - Tu descends de ma voiture.

    A - Mais on est où là !

    M - Toi qui es tellement plus intelligente que moi, regarde devant toi. Plouguernevel. Descends de ma voiture.

    A - Mais tu es malade.

    M - Tu descends de ma voiture, s'il te plait Anastasia. Je ne suis plus ta mère, tu n'es plus ma fille, donc tu descends de ma voiture. Maintenant.

    A - Mais putain tu es givrée comme bonne femme. Merde mais merde. Mais tu ne vas pas me laisser là.

     

     

    A - T'es complétement givrée, t'es qu'une malade. Je vais te dénoncer aux flics. T'ira en taule.

     

     

    A - Papa a bien raison d'avoir une maitresse. Je te déteste.

    M - Moi aussi je me déteste mais cela ne justifie pas les insultes.

    A - Ah ouais et tu veux que je te dise quoi "maman chérie". T'es pas une mère, t'es une meurtrière, t'es même pire que les terroristes parce que eux ils tuent des inconnus, ils tuent pas leur enfants. Et ils abandonnement pas leur fille au milieu de nul part.

     

     

    A - Merde mais c'est mon sac. Putain mais t'es dingue. Alors c'est ça après avoir tuer ton fils, tu abandonnes ta fille.

    M - Avec un téléphone portable, en plein bourg, en plein jour et à trente minutes de chez son papa chéri. Juste une dernière chose avant que nous ne nous parlions plus jamais, sur ta volonté : je n'ai jamais tué mon fils, et c'est toi qui as abandonnée ta mère.

     

    « 116 - Maxime. 118 - Anastasia. »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 29 Mars à 21:33

    J'ai du mal à savoir laquelle est la plus antipathique ...

    2
    Jeudi 30 Mars à 20:52

    Alors on va dire "telle mère, telle fille".

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :