• 110 - Claudine.

    Elle me sort par les yeux. Elle n'a jamais voulu aider les parents, moi seule passais mes soirées, mes week-end, à la boulangerie, pour même pas un salaire. Maman n'a jamais été salarié, comment aurais-je pu l'être ? Maman et moi avons donné notre vie pour l'affaire familiale. Pauvre maman elle est morte sans jamais avoir pu connaître autre chose. Jamais de repos, jamais de vacances, juste les dimanches après-midi, et encore, elle les consacrait au grand nettoyage. Pas une fois elle ne s'en permise de venir avec les enfants et moi au cinéma. A-t-elle seulement mis les pieds sur le sable d'une plage dix fois dans sa vie ? Jamais maman n'a accompagné ses petits enfants à la plage. Pauvre maman. Elle a perdu sa vie à sauver le nom de la famille, nom que Maxime a jeté dans la boue.

     

    Elle a déshonoré la famille, Maxime.

    La boulangerie aurait pu faire faillite à cause d'elle. Heureusement que les gens savaient papa et maman d’honnêtes gens, ils sont restés fidèles aux pains de papa, mais il a fallu offrir des cadeaux, faire des remises, accepter les ardoises.

    Comment papa a-t-il pu oublié ça ?

     

    Bien sûr les années ont passé. Beaucoup de clients d'aujourd'hui n'étaient pas à Saint-Méen à cette époque là, mais comment papa peut-il lu faire confiance ?

     

    J'ai déjà entendu des remarques, depuis son retour. Les gens sont si lâches. Un ose parler quand dix se contentent de penser. Il y a ceux qui abordent le sujet par l'humour pour en apprendre plus, comme si j'étais assez sotte pour leur offrir un résumé de l'horreur à venir. Sotte et médium ! Comment pourrai-je savoir quelle bombe elle va nous faire tomber sur la tête cette fois-ci ? Il y a ceux qui avouent avoir été choqués de la savoir de retour et qui m'ont bien fait comprendre qu'à l'avenir, ils marcheront un peu plus, pour aller acheter leur pain place de l'église, soit éviter la boulangerie rue du lavoir où ils prennent le risque d'avoir affaire à elle.

     

    Je l'ai répéter à papa, il répond qu'il faut laisser les gens dire. Peut-être mais tout de même pas au risque de faire couler l'affaire.

     

    J'ai sacrifié ma vie pour l'affaire familiale pendant qu'elle ne voulait pas en entendre parler. J'ai fait les études que maman voulait, pour que je puisse reprendre l'affaire. J'ai épousé Émile Robic l'employé pâtissier de papa pour qu'il ne devienne pas un concurrent en ouvrant sa propre boulangerie, et c'est ce que l'on a fait, on s'est installée, mais pas à notre compte, non, on a ouvert la seconde boulangerie de papa. Maman a tout fait pour que nous ne soyons que ses employés, nous n'avons jamais eu droit à une part des bénéfices. A la mort de maman, papa nous a dit qu'ils s'étaient protégés, que je n'avais droit à rien de son vivant, mais qu'à sa mort, l'affaire familiale me reviendrait.

     

    Seulement voilà Maxime quitte son travail, son mari, ses deux filles, sa maison, et il l'accueille les bras ouverts, il l'installe chez lui et comme elle est comptable elle prend la comptabilité en main en commençant par se verser un salaire.

     

    J'ai trimé toute ma vie pour réhabilité l'honneur de la famille et voilà qu'elle revient.

    Mais qu'est-ce qu'elle croit ?

    Que les gens ont oublié ?

    Personne n'oubliera jamais qu'elle a tué son fils ?

    « 109 - Maxime.111 - Jean Charles & Charlotte. »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 23 Février à 07:57

    En ce moment c'est à la mode on parle de '"casseroles", elle a l'air d'en traîner derrière elle Maxime. Mais j'ai aussi bien souri au mariage "pour ne pas faire de concurrence". Deux mondes antagonistes on dirait ...

    2
    Jeudi 23 Février à 18:19

    Halka a oublié d'avoir brûlé un enfant.

    Mickaelle a passé sa vie en portant le poids de la mort d'un frère bien vivant.

    Maxime a tué son fils ....

    Je te promets dans le livre suivant il y aura juste une fille qui n'aura tué personne. wink2

      • Jeudi 23 Février à 20:10

        Me dis pas qu'ils vont être "normaux" (oups !)

    3
    Jeudi 23 Février à 21:02

    Il ne faut tout de même pas trop m'en demander.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :