• 103 - Marie Nelly.

    Mon Dieu ce qu'elle a vieilli ! Je l'aurai croisée dans la rue, je ne l'aurai pas reconnue.

     

    Enfin elle est tout de même plus présentable que sa sœur. Claudine ressemble à une boulangère des années cinquante, et encore, des années cinquante d'une campagne arriérée. C'est abominable de porter des blouses de paysannes dans un commerce en 2015.

     

    Et comme elle est grosse!

    Et sa coupe caniche !

     

    Emile il n'y peut rien, il frise naturellement, mais elle, pourquoi se fait-elle faire des permanentes caniche ? C'est une honte que la coiffeuse ne lui ouvre pas les yeux sur la laideur de l'ensemble. Je ne sais pas où elle va se faire friser mais ce salon mériterait d'être fermer pour nuisance à la dignité humaine. Comme si Claudine n'avait pas assez de son double menton. Enfin on ne coiffe pas d'un caniche, une tête de Shar Pei.

    Vraiment Claudine fait fond de terroir.

     

    Maxime n'est pas belle, pas très fine mais bon, elle a un poids acceptable alors que Emile et Claudine on dirait des bouchers qui se goinfrent jour et nuit. Les cochons dont les Truiten tirent leurs jambons sont moins porcs qu'eux. Ils ont le profil de charcutiers alors qu'ils sont boulangers pâtissiers. Un comble.

     

    Maxime fait dame de la ville. Pas Paris ou New York. Pas Rennes ou Nantes non plus mais Dinan, Lamballe, Loudéac. Jamais je ne porterai jamais le sosie son pull vert clair, mais bon, c'est un pull qu'elle n'a pas tricoté en attendant les clients, on voit que c'est un beau pull fin, certes il est en laine mais il est léger, raffiné, il n'est pas comme ceux de la collection à torsades de Claudine.

     

    Le tricot de Claudine sur le comptoir ! Franchement comment Max peut le tolérer ? La mère était pareil. Enfin elle était pire encore, elle pouvait repriser des chaussettes derrière sa caisse.

    J'entends encore Claude se justifiant : " je ne peux pas rester inactive".

     

    On n'a jamais vu ça nul par ailleurs, une grosse dondon en blouse de paysanne, assise devant ses baquettes et qui tricote en attendant le chaland. Dire qu'elle a la réputation d'être très douée en tricot. Mais peu importe qu'elle soit douée, qu'elle le fasse sur son canapé si elle veut mais pas sur son lieu de travail, enfin. Est-ce que Oksana répète ses textes en postillonnant sur les éclairs au chocolat ? Non. Comment Max peut fermer les yeux sur sa souillonne de fille ?

     

    Max ! En voilà un qui, en dehors de bougonner,  ne sait prendre aucune décision. Cela a toujours été Claude qui portait le pantalon à la boulangerie. Il vivait au fournil pour ne pas la croiser.

     

    Dire qu'il aura fallu attendre d'avoir quarante six ans pour avoir une vraie conversation, avec Maxime. Nous avons passé plus de dix années dans la même classe.

    C'est tout de même étrange qu'elle fut face à moi, si franche.

    Jamais je ne lui aurais imaginée une vie si vide.

     

    Elle m'a toujours parue être de ceux qui savent où ils vont, ce qu'ils veulent. Moi enfant j'étais si, si quoi d'ailleurs ? Si protégée ? Si immature ? Je rêvais au milieu de ma collection de poupées pendant qu'elle servait les clients. Ma vie m'offrait le luxe de ne pas grandir trop vite et le luxe de sa vie fut d'entrer dans le monde des adultes sans attendre. On aurait pu croire qu'elle aurait été plus armée que moi pour affronter la vie. A l'entendre c'est une femme sans force.

     

    Je me souviens avoir toujours eu envie de savoir si elle avait le droit de piocher dans le bocal à bonbons.

    Au vu du quintal de Claudine, pas de doute, celle-là y pioche aujourd'hui.

     

    Quand Emile et Claudine s'allongent au lit le soir, les ressorts du lit ne doivent pas apprécier. Combien peut-elle bien peser ? Edmond fait quatre-vingt-quatre kilos, Emile en fait largement vingt à trente de plus. Et elle ? Elle doit faire mon poids additionné à celui d'Edmond. Quel horreur ! Ce n'est plus une femme, c'est un monstre. Elle doit bien utiliser soixante cinq pelotes pour se faire un pull sans manche.

     

    Claudine était dans la classe d'Edmond, alors que Solène, Maxime et moi étions dans une autre, avec trois années de retard. On entrait en sixième qu'ils passaient en troisième.

     

    Solène ! Une vraie femme d'affaire celle-là.

    La petite boucherie de ses parents , elle en a fait une enseigne. Andrée est vraiment fière de sa fille.

    Et voilà la nouvelle génération d'arrivée. Si le petit Lou Evan ressemble à son oncle il n'est pas prêt de reprendre la boucherie.

     

    Pauvre Solène, elle s'est battue comme une lionne pour que la boucherie de ses parents deviennent une boucherie /traiteur, incontournable sur tous les marchés, de tous les banquets, et aucun de ses enfants ne l'épaulent. Elle ne sait pas leur offrir un espace de liberté. Elle est leur mère, elle les a porté, a souffert en les mettant au monde, elle sait donc mieux qu'eux ce qui est bon pour eux. Il lui faudra quel âge pour comprendre que l'essentiel est que ses enfants vivent, non qu'ils soient premiers de classe ou payant de fort impôt.

     

    J'aurai tellement aimé François Xavier si il avait été alcoolique, fainéant, délinquant, enfermé en prison pour soixante ans.

     

    Il ne faut pas que j'y pense. Maxime va me foutre le cafard.

    Quelle heure est-il ? 11h36. Je vais passer en vitesse à l'institut prendre un rendez-vous pour Charlotte. Pour dans quinze jours, trois semaines. Après un accouchement rien ne vaut une séance de massage.

     

    Cela me ferait plaisir que Jean Charles soit le père du bébé, mais comme dit Edmond, il ne peut pas coucher avec les deux. C'est une gentille fille Charlotte, je voudrais bien être la grand-mère de son pépé. Peut-être que Jean Charles couche avec les deux.

     

    Je serais tellement heureuse que mon fils est une sexualité.

    « 102 - Marie Nelly & Maxime.104 - Maxime. »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 11 Janvier à 07:17

    Ben c'est bien ce que je disais, portrait caustique de la petite société provinciale bien établie. J'ai bien souri "aigre doux" ...

    2
    Mercredi 11 Janvier à 21:31

    Il fallait changer radicalement du duo Mickaelle / Colerige.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :